Accueil > Causes secrètes de la Révolution

Causes secrètes de la Révolution

Couverture de l'édition critique des Causes secrètes

 

À propos de cette édition

Joachim Vilate, Causes secrètes de la révolution des 9 et 10 thermidor, édition numérique publiée sous la direction d’Olivier Ritz, Université Paris Diderot, 2017.

Cette édition a été réalisée par Théau Berthelot, Laure Deval, Lisa Le Goff, Corentin Leroux, Élise Martin de la Brière, Tatiana Moisson, Marine Roulleau, Claire Simonet, Olivia Solda, Élisabeth Stempak et Benjamin Tramoni dans le cadre d’un cours d’édition critique collaborative en troisième année de licence de lettres, à l’université Paris Diderot. Ce cours a été assuré par Olivier Ritz, maître de conférences à l’UFR Lettres, Arts et Cinéma (LAC).

Le travail d’annotation du texte a été fait sur la plateforme PLANETE (PLAteforme Numérique d’Édition de TExtes), créée à l’initiative de Paule Petitier, professeur de littérature et responsable du centre de ressources Jacques-Seebacher de l’université Paris Diderot. L’outil grâce auquel cette plateforme a été mise en place a été fourni par Anne Vikhrova, doctorante de l’université Grenoble Alpes, travaillant sous la direction de Thomas Lebarbé. Il a été adapté à des fins d’édition critique par Chloé Menut, étudiante au centre d’études supérieures de la Renaissance (CESR) à Tours, dans le cadre d’un stage financé par un appel d’offre « Projet pédagogique innovant ».

Pour l’édition de ce texte, la mise en place de la plateforme et sa maintenance ont été assurées par Thomas Lallier, pour le compte du centre de ressources, et le secrétariat éditorial a été effectué par Cécile Brémon, ingénieur d’études au centre.

Le texte édité est celui de l’édition originale (1794). L’orthographe a été modernisée. La ponctuation d’origine a été maintenue. 

Présentation

Les Causes secrètes de la révolution des 9 et 10 thermidor ont un titre trompeur. Leur auteur, Joachim Vilate, dit peu de choses de ce qui a provoqué la chute de Robespierre le 27 juillet 1794. Il raconte plutôt son parcours : celui d’un homme de la fin du xviiie siècle, engagé dans la Révolution, jusqu’à son arrestation le 21 juillet 1794 et ses premiers jours en prison. Écrivant après l’exécution de Robespierre, Joachim Vilate veut convaincre ses lecteurs qu’il est innocent de ce qui lui sera très vite reproché : avoir été, en tant que juré au Tribunal révolutionnaire, un artisan de ce qu’on appelle désormais la Terreur.

Vilate écrit les Causes secrètes de la révolution du 9 au 10 thermidor alors qu’il est en prison : ce texte lui permet de justifier sa conduite. Il cherche à obtenir sa libération et à préparer sa défense, mais sa situation est particulièrement embarrassée : ses accusateurs ont changé, comme ont changé les raisons de sa détention. Lorsqu’il est conduit à la prison de la Force, le 3 thermidor an II (21 juillet 1794), Robespierre est encore au pouvoir pour quelques jours. Vilate est accusé par Billaud-Varennes de s’être attaqué à la Convention. Maurice Favone, le principal biographe de Vilate, y voit l’effet des luttes internes au Comité de salut public : « Joachim Vilate fut arrêté, par les hommes qui préparaient dans l’ombre le 9 thermidor. Son amitié pour Maximilien Robespierre était connue. Vilate était un personnage gênant, il fallait s’en débarrasser à tout prix. » Après le 9 thermidor, Billaud-Varennes et ses alliés (Barère et Collot d’Herbois) sont rapidement écartés du pouvoir. Vilate reste en prison, accusé désormais pour ses activités de juré au Tribunal révolutionnaire. Il attend le procès du Tribunal révolutionnaire, qui aura lieu au printemps suivant.

Vilate date la fin de son texte : « De la Force, ce 15 vendémiaire, l’an troisième de la République une et indivisible. » Cette date d’achèvement du texte, qui correspond au 7 octobre 1794, est digne de confiance. Le texte est signalé dans les journaux un mois plus tard. Le Courrier républicain du 13 brumaire an III (3 novembre 1794) écrit : « Il vient de paraître un ouvrage de 70 pages d’impressions, qui nous a paru du plus grand intérêt ». La Petite feuille de Paris du 15 brumaire remarque également le texte.

Dans la grande histoire

Les Causes secrètes de la révolution du 9 au 10 thermidor racontent les affrontements entre plusieurs groupes politiques. On distingue notamment deux groupes de trois personnes au sein même du Comité de salut public.

Robespierre, Saint-Just et Couthon forment un premier « triumvirat ». Tous trois ont été arrêtés et exécutés les 9 et 10 thermidor (27-28 juillet 1794). Vilate mentionne cinquante fois Robespierre dans son texte, tout en marquant ses distances. Il sait en effet qu’on lui reproche sa proximité avec lui. Le texte trahit les liens entre les deux hommes puisque Vilate parle beaucoup de Robespierre et qu’il le nomme deux fois par son prénom. Vilate parle de Saint-Just comme d’un proche de Robespierre, sans rentrer dans les détails. Il fait dire à Saint-Just qu’une nation « ne pouvait se régénérer que sur un monceau de cadavres », mais cette phrase ne se trouve nulle part dans les écrits de Saint-Just : elle lui a été attribuée suite à la publication du texte de Vilate. Georges Couthon tient un rôle moins important encore dans le texte. Lors de la scission dans le Comité de salut public, il s’oppose à Barère, Collot d’Herbois et Billaud-Varennes, restant aux côtés de Robespierre et de Saint-Just jusqu’à la mort.

Le second triumvirat est composé de Barère, Billaud-Varennes, et Collot d’Herbois. Ces trois personnages, associés à des personnages de moindre importance, occupent une plus grande place dans le texte de Vilate. Ce sont eux qui font l’objet des critiques les plus fortes, de sorte qu’ils sont perçus comme des révolutionnaires qui ont « soif de sang ». Vilate manifeste une véritable obsession à l’égard de Bertrand Barère. Il le place sous la lumière des projecteurs, dans son texte, comme au centre de toutes les exactions, en connivence avec Billaud-Varennes et Collot d’Herbois. Lors de leur première rencontre, Barère semble amical à l’égard de Vilate. Dès son arrivée à Paris, c’est Barère qui l’accueille chaleureusement : « Barère me marqua le plus d’honnêtetés ; il m’engagea à l’aller voir, et me reçut avec amitié. » Par ailleurs, c’est également Barère qui l’a fait loger aux Tuileries, qui l’invite à dîner. Vilate tisse d’abord une relation avec Barère, et c’est grâce à lui qu’il rencontre Robespierre, en compagnie de Saint-Just, lors de son dîner. Pourtant, rapidement, Vilate présente Barère comme une personne inquiétante et dangereuse. Dans le portrait qu’il en fait, il le décrit comme « léger, ouvert, caressant, aimant la société, surtout celle des femmes ; recherchant le luxe, et sachant dépenser ». Barère est peint comme un homme superficiel, qui aime la compagnie des femmes, un homme avide de richesse et de reconnaissance. En faisant référence à la maison de Clichy, une maison « de plaisance tout à la fois séjour des jeux de l’amour et repaire odieux » dans laquelle Barère retrouvait ses comparses, à savoir Vadier et Vouland, Vilate s’indigne de la recrudescence des mœurs aristocratiques chez des révolutionnaires comme Barère, Vadier, Vouland. De plus, d’après Vilate, Barère est versatile car « changeant d’opinion comme de costume ». En effet, il assiste au début du détachement de Barère vis-à-vis de Robespierre.

Barère est le principal accusé par Vilate, étant donné qu’il a été, avec Billaud-Varennes, son principal accusateur. Billaud-Varennes est sans cesse attaqué par Vilate, qui le présente d’abord comme un député véhément, enclin à la fureur et à la froideur, un jacobin corrompu. Il est présenté ensuite comme l’un des « destructeurs de l’humanité », un « auteur de la conspiration » qui a décimé les membres de la Convention. Vilate prétend que Billaud-Varennes a vu en lui un obstacle à la réalisation de ses projets sanguinaires, ce qui l’aurait poussé à le dénoncer au Comité de salut public et à demander son arrestation. Collot d’Herbois complète ce deuxième triumvirat. Vilate l’accuse d’être en partie responsable de son arrestation lorsqu’il dit que l’homme venu l’arrêter était un « digne sbire des Vadier, des Vouland et des Collot ». Comme on le voit avec cet exemple, Vilate joint souvent les noms de Vadier et de Vouland à ceux de Collot, de Billaud-Varennes ou de Barère. Ces deux députés de la Convention siégeaient au Comité de sureté générale. Vilate présente Vadier comme un homme perfide et opportuniste. Il le compare à un tyran et l’accuse d’avoir trahi pour sauver sa tête. Il insiste aussi sur sa débauche : « Le vieux Vadier se mêlait aussi des jeux perfides de l’amour ». Vouland a les mêmes vices et poursuit le même but : la mise à mort impitoyable des contre-révolutionnaires. Lui aussi est présenté comme perfide et dangereux.

Quand Vilate écrit son texte, les deux groupes de personnages ont perdu le pouvoir. Les premiers ont été exécutés. Les seconds vont être jugés et condamnés à l’exil. Vilate tire parti de son emprisonnement dans la prison de la Force, en disant qu’il n’a fait partie d’aucun camp : ni celui de Barère qui l’a arrêté, ni celui de Robespierre.

Vilate évoque brièvement d’autres membres du Tribunal révolutionnaire. Parmi eux, nous trouvons Sébastien Lacroix, Antoine Quentin Fouquier-Tinville, Léopold Renaudin et Marc Claude Naulin. Il évoque trente-six conventionnels : Barère, Robespierre, Tallien, Ysabeau, Hérault-Séchelles, Couthon, Collot d’Herbois, Billaud-Varennes, Hébert, Saint-Just, Vadier, Vouland, Dupin, Fayau, Baraillon, Danton, Desmoulins, Thuriot, Legendre, Brival, Fréron, Fouquier, Prieur, Carnot, Guffroy, Rovere, Lecointre, Panis, Cambon, Bourdon de l’Oise, Audouin, Bourdon, Michaud, Bentabole, Lebon et Saint-André.

Un parcours

Joachim Vilate est né le 9 octobre 1767 dans une famille bourgeoise à Ahun dans la Creuse. Fils d’un médecin campagnard, humble et sans héritage, il est rapidement orphelin et habite chez un oncle, curé à Saint-Michel-de-Veisse. Il est l’aîné de six enfants qu’il éduque jusqu’à ce qu’il soit invité à enseigner dans une école inférieure du collège de Guéret. Se faisant vite remarquer par la qualité de son enseignement, il est nommé en 1791 professeur de seconde au collège royal de Limoges. Il devient enfin professeur de rhétorique à Saint-Gautier en Indre d’où il part pour Paris le 26 mars 1792. S’il évoque brièvement cette ascension sociale dans les Causes secrètes, il ne dit rien du fait qu’il est aussi devenu vicaire à Argenton-sur-Creuse (à côté de Saint-Gautier) où il a prêté serment le 1er janvier 1792 : rappeler son appartenance au clergé, fût-elle brève et respectueuse des nouvelles institutions, pourrait desservir sa cause. Il préfère donc mettre en avant les raisons de son départ : le projet d’étudier la médecine à Paris et surtout l’intérêt pour la Révolution.

C’est porté par le « prestige de l’amour de l’humanité » que le jeune Vilate arrive à Paris en mars 1792 afin d’assister aux débats de l’Assemblée et des Clubs. Il y connaît une ascension rapide. On lui confie plusieurs missions, dans différentes provinces, où il est chargé de sonder l’opinion publique. Les rapports qu’il rédige sont imprimés sur ordre du Comité de salut public, ce qui lui permet de gagner en notoriété ; c’est également de cette façon qu’il est amené à faire la connaissance de Couthon, Hérault-Séchelles et surtout de Barère qui lui offre le privilège d’être logé aux Tuileries, là où siège le Comité de salut public, puis plus tard de figurer sur la liste des jurés au sein du Tribunal révolutionnaire. Pour se défendre, Vilate présente rétrospectivement cette nomination comme étant loin de ses « affections de sensibilité naturelle » ainsi que de ses « goûts de travail ».

Au lendemain du procès de Marie-Antoinette, Barère convie Vilate, Saint-Just et Robespierre à un dîner. La discussion porte les motivations politiques des convives, notamment en ce qui concerne le sort réservé aux contre-révolutionnaires. L’opinion de Robespierre est plus nuancée que celle de ses comparses : si Saint-Just et Barère justifient l’élimination des opposants comme étant un mal pour un bien, Robespierre lui, plus calculateur, craint que ces « effusions » ne les desservent plus qu’autre chose en détournant les regards de la cause pour laquelle ils luttent. Cette scène participe finalement à l’élaboration du portrait que Vilate fait de ces grandes figures révolutionnaires. Il décrit en effet un Robespierre taciturne, austère, soupçonneux, « ne sortant qu’accompagné de deux ou trois sentinelles » et vivant dans la crainte constante de l’ennemi. Au contraire, Vilate dépeint un Barère des plus dionysiaques, à l’humeur et l’opinion changeante, se mettant constamment en scène et possédant un goût prononcé pour les femmes, le luxe et le jeu. Vilate dénonce ensuite le régime de terreur mis en place par ces hommes. Il évoque le combat mené par un Danton « né paresseux » face à une Convention selon lui trop laxiste et manquant de fermeté face au despotisme des comités, engrenage précipitant la chute de Camille Desmoulins, que Vilate présente comme un ami.

Deux choses cependant participent à aveugler Vilate davantage : d’une part, la tentative d’assassinat de Robespierre par Cécile Renault qui eut pour conséquence d’accroître la popularité de ce dernier et de mener la jeune femme, ainsi que ses parents, à l’échafaud ; d’autre part, la fête de l’Être suprême, accalmie bienvenue où l’auteur déjeune en compagnie d’un Robespierre enthousiaste et heureux, à l’antithèse de l’homme lugubre évoqué précédemment. Mais cette unité laisse bientôt place à un sentiment profond de division : peu à peu les accusations se fondent sur des motifs plus incertains : « On incarcérait en masse les patriotes à cause de leurs relations avec tels ou tels représentants du peuple ». Vilate lui-même est l’objet des soupçons à cause de ses diverses relations, notamment avec Brival ou encore le claveciniste Herman, et échappe de peu à l’emprisonnement ; quant à Robespierre, bien loin du personnage enjoué évoqué plus tôt, il ne jure plus que par l’assassinat. En effet, peu de temps après, Vilate est témoin de la rupture entre Barère et Robespierre, ce dernier souhaitant exécuter plus de députés ; cette révélation plonge l’auteur dans le désarroi le plus total et c’est pour le faire taire que Billaud-Varennes le dénonce aux différents comités, au faux motif de complicité entre Vilate et Naulin, arrestation à laquelle il échappera dans un premier temps grâce à Barère et Vadier, mais qui finira par le rattraper. C’est alors que Vilate est emprisonné à la Force que toutes ces « calamités publiques » sont enfin mises au jour puis que Robespierre est écarté du pouvoir et exécuté.

Le 9 thermidor, aux alentours de 4 ou 5 heures de l’après-midi, les soutiens de Robespierre envoient l’ordre de libérer Vilate à la prison de la Force, mais cet ordre est presque aussitôt annulé. Vilate reste en prison. Désormais, il doit se défendre d’avoir été un artisan de la « Terreur » et un complice de Robespierre. C’est la raison pour laquelle il écrit les Causes secrètes, puis deux continuations. En vain. Avec Fouquier-Tinville et les autres membres du Tribunal révolutionnaire, il est jugé, condamné à mort et guillotiné le 7 mai 1795.

Un accusé

Les Causes secrètes des 9 et 10 thermidor sont doublement un témoignage : d’une part, Vilate y décrit son époque, ce véritable tournant qu’est la Révolution française et ses conséquences ; d’autre part, Vilate, acteur de cette Révolution, utilise ce texte pour faire un plaidoyer. Si Joachim Vilate a été arrêté sur ordre des thermidoriens, il doit surtout se justifier de l’ordre de libération qui a été envoyé à la Force par ceux qui voulaient empêcher la chute de Robespierre. Dans ses Causes secrètes, Vilate répond aux accusations et essaye de défendre son action. En minimisant son rôle et en essayant de prouver son innocence, il pointe du doigt d’autres personnages.

Ainsi, l’ensemble du texte lui sert autant à être le témoin d’une époque qu’un dénonciateur servant uniquement sa propre cause. Sa position à l’égard de Robespierre est ambivalente puisqu’au départ il en parle avec une certaine neutralité, comme s’il était extérieur à cette société, juste un observateur ; puis il le déprécie de plus en plus : « Robespierre devenait plus sombre ; son air renfrogné repoussait tout le monde ». En parlant d’une évolution de Robespierre, il se défend du fait d’avoir d’abord été relativement proche de lui.

Vilate se présente comme un esprit aimant et enthousiaste. Il se montre d’abord animé par l’idée de libérer le peuple par la révolution et par ce qu’il décrit comme une ivresse révolutionnaire, puis par la volonté de le libérer de la Révolution, du moins en ce qu’elle opprime par la tyrannie. Il bascule alors dans un sentimentalisme presque excessif et place ce souhait au tout premier plan. Il se présente comme un être inconditionnellement altruiste puisqu’il aime le peuple et l’humanité – c’est d’ailleurs ce « prestige de l’amour de l’humanité » qui l’a projeté dans sa carrière révolutionnaire. Il refuse de voir souffrir le peuple, il en tombe et en retombe même « dangereusement malade », le moral affecté « de tant de ravages, de tant de désastres » lorsqu’il s’aperçoit que la fureur des vengeances et les délires ambitieux ont « remplacé la passion sublime et pure de faire le bonheur d’un grand peuple ».

Vilate prend soin de dissocier l’auteur (porteur d’un regard objectif sur ce qu’il analyse) de l’acteur, ici présenté comme un jeune emporté par « la fièvre révolutionnaire ». C’est là tout l’enjeu de ce témoignage : il est allé là où personne d’autre n’a pu se rendre, a assisté à des scènes et vu des choses que personne d’autre n’a pu voir. Vilate utilise ce statut privilégié et le caractère précieux de son récit pour se faire représentant d’un peuple ayant été maintenu dans le secret. Les scènes intimistes comme les dîners entre sa personne et les disciples de Robespierre s’inscrivent dans le mouvement de vérité que prône le texte : Vilate dresse le portrait des figures emblématiques de la Révolution d’une manière telle que le mythe laisse place à l’humain ; Robespierre n’est plus qu’un homme d’une « austérité sombre et constante (…) triste, soupçonneux, craintif » et derrière ce « géant de la Révolution » comme se plaisait à l’appeler Barère, ne se cache plus qu’un homme lugubre appelé Maximilien.

L’auteur ne se contente pas de livrer les faits, il utilise l’art d’écrire pour orienter son propos. Vilate accentue le pathos des événements en donnant une vision hyperbolique de ce qu’il nomme « théâtre sanglant de la Révolution ». Il présente en effet les scènes de cette période révolutionnaire comme constitutives du théâtre de la guillotine. L’univers révolutionnaire devient alors un théâtre sur lequel se joue une tragédie funeste engagée par Robespierre ; l’auteur multiplie les métaphores, on peut citer celle du « navire » révolutionnaire au sein duquel il aurait embarqué, et ce peut-être malgré lui : « Une force invincible ne m’entraînait-elle pas malgré moi ? » D’autres métaphores ou formes réservées au genre théâtral sont utilisées telles que « Ô ! Comme mon tendre cœur palpitait de joie » et ses descriptions de la Terreur sont pleines et douloureuses (« théâtre sanglant », « les flots de la Loire roulaient à la mer leurs eaux teintes de sang, et les cadavres des noyades »), même dans les portraits qu’il dresse de ses acteurs, qu’il dépeint sans conteste comme « cruels », « atroces », « sombres » même, ou encore « vindicatifs » et « impérieux », portant en eux « la dévastation, les tortures [et] l’assassinat ». Lui-même le dit : « Quel spectacle ! »

Un homme de lettres

Le texte de Vilate est aussi intéressant pour les nombreuses références littéraires et culturelles qu’il contient. Vilate montre d’abord son attachement aux Lumières. Il cite L’Esprit des Lois de Montesquieu (1748) et Le Fanatisme, ou Mahomet le prophète de Voltaire (1741) ainsi que Les Ruines ou Méditations sur les révolutions des empires de Volney (1791). Il évoque également Rousseau à la fin du texte. Les références à la mythologie, telle l’image très fréquente dans les textes contemporains de Saturne dévorant ses propres enfants, renforcent la réputation de Vilate, homme cultivé et, comme tout bon révolutionnaire, passionné par l’époque antique qui a vu naître la mythologie.

L’histoire antique est le champ auquel Vilate fait le plus de références, tout au long du texte, au point que l’on pourrait croire que Vilate se considère comme un contemporain de ces nombreux personnages qu’il admire tant. Vilate évoque par exemple les deux Brutus. Le fondateur de la République romaine lui sert de modèle quand il s’installe auprès du Comité de salut public : « Je me croyais transporté avec les Brutus, les Publicola dans l’antique Capitole, après l’expulsion des Tarquins ». L’assassin de César est comparé à Cécile Renault, qui a tenté de tuer Robespierre : « Seulement une jeune fille, sortant à peine de l’enfance, a osé saisir, comme Brutus, sur l’autel de la patrie, le poignard de la liberté ». Dans les deux cas, la référence à l’Antiquité permet d’affirmer l’adhésion aux valeurs fondamentales de la Révolution : Vilate utilise les deux figures de Brutus car ils ont tous deux lutté contre la tyrannie. L’Antiquité romaine n’a pas un rôle simplement ornemental, elle est avant tout utilisée comme justification et légitimation des actes des révolutionnaires. Les révolutionnaires ne cessent de faire allusion aux Romains à la fois pour se justifier eux-mêmes, mais aussi pour accuser leurs adversaires.

Vilate rappelle aussi qu’il se faisait appeler Sempronius Gracchus, nom emprunté à un défenseur de la plèbe qui, avec son frère Gaïus, avait défendu à Rome des lois agraires visant à redistribuer les terres. Ce nom complique la défense de Vilate. Pour s’en démarquer, il accuse plusieurs fois Robespierre d’avoir promu un projet de loi agraire. Les références historiques et littéraires sont donc ambivalentes. Certes, elles permettent à Vilate d’affirmer son adhésion aux valeurs de la Révolution et de passer pour un homme de lettres plutôt que pour un activiste. Mais, de même qu’il est parfois difficile de débrouiller le jeu d’alliances et d’inimitiés exposé dans les Causes secrètes, le sens des références est parfois compliqué par la situation équivoque où se trouve Vilate quand il écrit son texte.

Bibliographie

Éditions du texte

1. Joachim Vilate, Causes secrètes de la Révolution du 9 au 10 thermidor, Paris, s. n., an III [1794].

2. [Albin de Berville et François Barrière (éd.)], Collection des Mémoires relatifs à la Révolution française [XXVIII], Camille Desmoulins, Vilate et Méda, Paris, Baudouin, 1825, p. 171-220.

3. François Barrière (éd.), Mémoires sur les journées révolutionnaires et les coups d’État, avec introduction, notice et notes par M. de Lescure, Paris, Firmin-Didot, 1875, vol. 1, p. xxx-xxxiv [Introduction de M. de Lescure] et p. 215-252 [Texte].

Traduction en allemand

« Geheime Ursachen der Revolution des neunten zum zehnten Thermidor » dans Beiträge zur Geschichte der französischen Revolution, 1795, vol. 1, p. 1-73.

Longue citation d’un extrait du texte

Nicolas-Toussaint Des Essarts, Précis historique des crimes et du supplice de Robespierre, et de ses principaux Complices, Paris, chez l’auteur, an V (1797 v. st.), p. 71-78.

Études

Maurice Favone, Dans le sillage de Maximilien Robespierre, Joachim Vilate, Paris, Marcel Rivière, 1937.

Raymonde Monnier, « Vilate Joachim », dans Albert Soboul (dir.), Dictionnaire historique de la Révolution française, Presses universitaires de France, [1989], « Quadrige », 2005, p. 1090-1091.

CAUSES SECRÈTES 
DE LA RÉVOLUTION 
Du 9 au 10 Thermidor

Par VILATE, ex-Juré au Tribunal
Révolutionnaire de Paris, détenu à la
Force

--------

La censure des écrits et la tyrannie de l’opinion, furent, dans tous les temps, les symptômes qui annoncèrent la perte de la liberté ; et le droit indéfini de penser, d’écrire et de croire ce qu’on veut, est le signe auquel on va reconnaître qu’il existe une représentation populaire.

Discours de Barère1

-------

A PARIS,
L’an III de la République.

------- -------

AVERTISSEMENT.

Voilà l’ouvrage annoncé dans ma lettre à Tallien2, je n’ai pu le donner plus tôt au public à cause d’une maladie. J’ai dit la vérité. Je m’attends à toutes les persécutions ; n’importe ; j’ai fait mon devoir. Les âmes honnêtes ne me feront pas le reproche d’abuser de la confiance en révélant des choses utiles. J’ai été arrêté par les hommes à qui j’ai arraché le dernier lambeau du masque imposteur. J’ai dû me défendre.

CAUSES SECRÈTES
DE LA RÉVOLUTION
Du 9 au 10 Thermidor

Je dois au peuple ma justification3 ; elle dérive des causes secrètes des événements des 9 et 10 thermidor.

J’ai été juré au tribunal révolutionnaire de Paris4, et je suis entré dans l’intimité des hommes, qui depuis le 31 mai 1793, ont joué les premiers rôles sur le théâtre sanglant de la révolution.

L’enthousiasme du beau et de la vertu, aliment ordinaire d’un cœur neuf et sensible, enflammé par l’espoir de la régénération d’un grand peuple, annoncée et promise avec tout l’éclat, tout le prestige de l’amour de l’humanité, m’avait lancé dans la carrière révolutionnaire5, et porté à figurer, sans m’en apercevoir, dans ces scènes tragiques, décorées des noms de vertu, de patriotisme. Hélas ! je serais devenu un nouveau Séïde6, si la connaissance des intrigues et des passions ne m’eût dessillé les yeux, et n’eût fait disparaître mes illusions. J’ai eu le courage d’inspirer des défiances ; les Mahomet7, les Omar8 redoutant ma langue véridique et babillarde, m’ont précipité, quelques jours avant leur chute inattendue, dans une des mille et mille bastilles, dont ils avaient couvert chaque point de la république.

La vérité, grâce à la liberté de la presse, va sortir des tombeaux des vivants. Je croirais violer les droits sacrés de la patrie, si je ne disais pas ce que je sais, ce qu’ignorerait peut-être le monde. Mon intérêt n’est rien9. Si mon innocence résulte des choses cachées que je vais divulguer, le danger imminent auquel je me dévoue, me conseillerait le silence : j’ai la satisfaction de préparer des matériaux à l’histoire.

Mon âge est de 26 ans ; je suis né à Ahun10, département de la Creuse, petite ville où la pureté des habitudes et l’innocence des mœurs éloignent à peine ses habitants de la simplicité touchante de la nature. Mon enfance y a recueilli le désir de la liberté, et puisé le sentiment de l’égalité11. Les années de ma jeunesse ont été employées aux études.

L’histoire des nations qui ont paru sur la terre, et qui n’existent plus que dans ses pages immortelles, m’a de bonne heure appris la cause de la naissance et de la décadence des empires. Parmi les peuples innombrables, perdus pour nous dans l’immensité des temps, mon imagination s’était portée de préférence sur ces antiques Égyptiens, inventeurs des plus hautes sciences. Elle s’était passionnée pour ces Grecs, si vantés par leur amour de la liberté, mais qu’ils ont forcée à fuir de leur sein par les inquiétudes de cet amour même ; elle s’est étonnée à l’aspect de cette Rome. . . .12

Veuve d’un peuple roi, mais reine encor du monde.13

Partout j’ai vu les peuples sous le joug de la tyrannie, et toujours la proie d’un petit nombre d’ambitieux et d’hypocrites, teints du sang des hommes, et spoliateurs des richesses de la terre. O ! comme mon tendre cœur palpitait de joie à l’apparition de la Révolution française, qui semblait devoir procurer le bonheur au peuple le plus généreux de l’Europe, et donner à l’Univers l’initiative de l’insurrection contre tous ses oppresseurs. O ! comme mon tendre cœur tressaillait à l’idée de cette tribune nationale, où la vérité à jamais fixée, devait citer et accuser tous les abus, tous les vices, tous les crimes ! Elle est reculée de mille siècles, disais-je, l’époque où les voyageurs du nouveau monde viendront dans l’ancien méditer sur les révolutions, foulant sous leurs pieds ses superbes monuments. Longtemps encore ils iront avec nos Pythagores français (1), s’asseoir à l’ombre du vert palmier, au milieu des ruines de Médine, et chercher l’endroit de l’Afrique où fut l’antique Thèbes aux cent portes !

(1) Ruines de Volney14.

Plein d’ivresse révolutionnaire, j’arrivai à Paris le 26 mars 1792. Je parus aux jacobins15 et dans les assemblées générales. Le 10 mars de l’année 1793, j’accompagnai, comme secrétaire de la commission, Ysabeau16 et Neveu17, représentants du peuple envoyés dans le Midi. Dans ces contrées, le système du fédéralisme se développait d’une manière effrayante. Que de périls ! que de dangers ! que d’écueils ! Le flambeau de la guerre civile était près d’être allumé à Bordeaux, lorsqu’on insinua à Ysabeau et Neveu (1) de m’envoyer dans cette ville y sonder l’opinion, et d’en rendre compte ensuite au comité de salut public. Les esprits bordelais étaient tellement échauffés, que sans les avertissements de Laïs (2) j’aurais cessé d’exister. Je me hâtai d’arriver à Paris : deux objets particulièrement m’ont fait connaître. D’abord, une adresse au nom des sans-culottes méridionaux18  : le comité de salut public l’a fait imprimer et répandre avec profusion. En second lieu, le rapport fait à ce comité sur la situation politique des départements parcourus19. Hérault-Séchelles20, Couthon21 et Barère furent les seuls membres alors présents. Barère me marqua le plus d’honnêtetés ; il m’engagea à l’aller voir, et me reçut avec amitié. On m’avait parlé de récompense pécuniaire, je fis voir ma répugnance sur cette offre. C’était, disait-on, en attendant l’occasion de me présenter une place. Hérault et Barère me logent dans les Tuileries au pavillon de Flore22 (3).

(1) Je les quittai avec regret, muni du certificat le plus honorable.

(2) Fameux acteur de l’opéra français.

(3) Robespierre n’a eu aucune part à cet arrêté.

Que l’on se peigne ma joie, d’être logé dans le palais de l’assemblée du plus grand peuple de l’Univers23 ; j’avais concouru de mes faibles armes, dans la journée immortelle du 10 août, au triomphe éclatant remporté sur l’héritier d’une vieille monarchie de quinze siècles. La vue qu’offre l’appartement est admirable. Il serait impossible de donner une idée de la beauté, de la grandeur d’un spectacle si brillant, si varié, si magnifique. En vérité, je me croyais transporté avec les Brutus, les Publicola dans l’antique Capitole, après l’expulsion des Tarquins24. Mes regards, comme forcés de tomber dans le jardin, s’arrêtaient avec illusion sur la belle statue de Lucrèce25 frappée au sein d’un coup du poignard qu’elle tient encore à la main.

Mon bonheur imaginaire est bientôt troublé ; le comité de salut public me place sur la liste des jurés du tribunal révolutionnaire. Cette fonction redoutable me semblait exiger la maturité de l’âge, et l’expérience des affaires politiques ; de plus, elle n’était ni dans mes affections de sensibilité naturelle, ni dans mes goûts de travail. À qui devais-je cette place ? Ce n’était point à Robespierre ; il ne me connaissait pas ; je ne l’avais vu qu’indifféremment aux jacobins ; il était absent du comité quand je fis mon rapport. Couthon ne m’avait pas revu. Hérault-Séchelles était incapable d’abuser de l’inexpérience d’un jeune homme. Je crus que c’était un présent de Barère ; j’allai le trouver au comité pour lui confier ma peine. En passant dans les galeries, j’avais acheté la tragédie de Mahomet ; je la tenais roulée dans la main. Barère était seul : il s’apprêtait à composer une carmagnole (1). Je commençai à entrer en matière : il aperçoit la brochure : il me demande si c’est là quelque chose de ma façon26 : il l’ouvre et me la rend ; puis, sans presque d’interruption, il m’exhorte à vaincre mes répugnances. Une idée forte semble lui passer par la tète : il m’arrache Mahomet, l’ouvre, et déclame à voix basse cette superbe tirade de l’imposteur27 :
Chaque peuple à son tour a brillé sur la terre
Par les lois, par les arts, et surtout par la guerre.
Le temps de l’Arabie est à la fin venu :
Ce peuple généreux, trop longtemps inconnu,
Laissait dans ses déserts ensevelir sa gloire.
Voici les jours nouveaux marqués par la victoire :
Vois du nord au midi l’univers désolé,
La Perse encor sanglante et son trône ébranlé ;
L’Inde esclave et timide, et l’Égypte abaissée ;
Des murs de Constantin, la splendeur éclipsée ;
Vois l’Empire romain tombant de toutes parts,
Ce grand corps déchiré dont les membres épars
Languissent dispersés, sans honneur et sans vie ;
Sur ces débris du monde élevons l’Arabie.
Il faut un nouveau culte, il faut de nouveaux fers,
Il faut un nouveau dieu pour l’aveugle univers.
En Égypte, Osiris ; Zoroastre, en Asie ;
Chez les Crétois, Minos ; Numa28 dans l’Italie,
À des peuples sans mœurs. . .
Donnèrent aisément d’insuffisantes lois.
Je viens, après mille ans, changer ces lois grossières.

Il était facile de sentir l’allégorie. Je n’eus pas l’idée de lui faire la réponse de Zopire29.

(1) Barère appelait de ce nom ses rapports sur les victoires.

Robespierre paraît : Barère ferme la pièce avec embarras. Robespierre semble se rappeler d’avoir entrevu quelque part ma figure, il demande : quel est ce jeune homme ? Il est des nôtres, répond Barère : c’est Sempronius Gracchus30. J’avais eu la folie révolutionnaire de cacher l’obscurité du nom de mes pères, sous l’éclat d’un nom illustre de l’histoire romaine31. Sempronius Gracchus, des nôtres ! dit Robespierre, vous n’avez donc pas lu le traité des offices32 ? L’aristocrate Cicéron, afin de rendre odieux le projet des deux Gracques exalte les vertus du père, et traite les enfants de séditieux. . . . . . . Je me retire une minute après.

L’idée du système agraire, voilà l’étincelle rapide qui sortit de cette scène pour m’éclairer dans les ténèbres où je marchais. Alors Collot-d’Herbois33 jouait ses sanglantes tragédies à Lyon. Alors Billaud-Varennes34 exhalait à là tribune ses froides fureurs. Alors Couthon, par ses infirmités, adoucissait la dureté de ses discours. Alors on jouait sur tous les théâtres Robert, chef de brigands35. On chantait la guillotine en tous lieux ; le nom de sainte semblait atténuer son horreur.

Le lendemain du jugement d’Antoinette36, je reçus de grandes lumières, j’avais été spectateur aux débats.

Barère avait fait préparer chez Venua un dîner où étaient invités Robespierre, Saint-Just37 et moi. Saint-Just se faisait attendre ; on me députe vers lui ; je le trouve au comité ; il écrivait ; au nom de Robespierre, il me suit. En route, il paraissait surpris, rêveur. Robespierre dîner avec Barère ! . . . Il est le seul à qui il ait pardonné. Je laisse aux politiques à approfondir le sens de ces mots obscurs, échappés de ses lèvres.

Assis autour de la table, dans une chambre secrète, bien fermée, on me demande quelques traits du tableau des débats du procès de l’Autrichienne38. Je n’oubliai pas celui de la nature outragée, quand Hébert39, accusant Antoinette d’obscénités avec son fils âgé de onze ans, elle se retourne avec dignité vers le peuple : j’interpelle les mères présentes et leur conscience de déclarer s’il en est une qui n’ait pas à frémir de pareilles horreurs !

Robespierre, frappé de cette réponse comme d’un coup d’électricité, casse son assiette de sa fourchette : cet imbécile d’Hébert ! ce n’est pas assez qu’elle soit réellement une Messaline40, il faut qu’il en fasse encore une Agrippine41, et qu’il lui fournisse à son dernier moment ce triomphe d’intérêt public.

Chacun resta comme stupéfait. Saint-Just rompit le silence : les mœurs gagneront à cet acte de justice nationale. Barère : La guillotine a coupé là un puissant nœud de la diplomatie des cours de l’Europe. Sans doute mon orgueil de me trouver avec ces maîtres de la république était bien excusable : comme la coupe de Circé42, chaque verre de vin était un poison révolutionnaire, qui m’enivrait d’illusions.

Ce n’est là qu’un léger prélude de la grande conversation politique. Robespierre ne dissimule pas ses craintes du grand nombre des ennemis de la révolution. Barère comprend sous ce titre tous les nobles, tous les prêtres, tous les hommes de palais, sans excepter les médecins et la médecine. Selon lui, l’égalité a prononcé l’arrêt fatal. Saint-Just expose les bases de son discours sur la confiscation des biens des suspects à déporter. Barère, impatient de montrer son ardeur pour les principes, reprend ainsi : Le vaisseau de la révolution ne peut arriver au port que sur une mer rougie de flots de sang. S. Just : c’est vrai, une nation ne se régénère que sur des monceaux de cadavres43. Mirabeau44, quelques passages de l’histoire des Indes de Raynal45, venaient à l’appui de ces sentences.

Robespierre voyait deux écueils dangereux : l’effusion excessive qui révolterait l’humanité : l’insuffisance ménagée par cette fausse sensibilité envers un petit nombre, préjudiciable au bonheur de tous. Conclusion de Barère : il faut commencer par la Constituante, et les plus marquants de la législature. Ce sont des décombres, dont il faut déblayer la place.

La conversation fut entrecoupée par les besoins physiques. Il régnait, à ce dîner, un air de défiance réciproque, et je crus voir que ma personne n’était pas un léger obstacle aux ouvertures. On se retire.

Peuple français ! peuple toujours grand, toujours vainqueur, vois quels hommes voulaient se rendre maîtres de tes destinées. Du moins, s’ils avaient eu quelque chose de la grandeur de ces trois Romains qui, dans l’île de la rivière de Panare46, en présence de leurs armées, se partagèrent l’univers ! Mais non, c’étaient trois misérables rhéteurs47, se disputant de férocité, qui, sous prétexte de régénérer les mœurs, transformaient la république en un vaste cimetière. O honte ! dont l’histoire rougira en traçant ta gloire et ta splendeur !

On conçoit que ce fameux dîner devait me procurer des facilités, par exemple, de voir chez eux Saint-Just, Robespierre, de leur parler dans les rencontres ; il facilita mes entrées au comité de salut public, à la convention, au sein même de ses membres. Les loges de plusieurs spectacles me furent ouvertes. Ces avantages, à leur tour, me firent rechercher, m’introduisirent dans les sociétés brillantes, et me donnèrent la connaissance des premiers artistes, de plusieurs représentants des plus distingués.

Robespierre avait dans ses mœurs une austérité sombre et constante,  rapportant les événements à sa personne, donnant à son nom de Maximilien, une importance mystérieuse. Triste, soupçonneux, craintif, ne sortant qu’accompagné de deux ou trois sentinelles vigilantes ; l’entrée de son logement lugubre, n’aimant point à être regardé, fixant ses ennemis avec fureur, se promenant chaque jour deux heures, avec une marche précipitée ; vêtu, coiffé élégamment. La fille de son hôte passait pour sa femme, et avait une sorte d’empire sur lui. Sobre, laborieux, irascible, vindicatif, impérieux. Barère l’appelait le géant de la révolution : mon génie étonné, disait-il, tremble devant le sien.

Barère formait un contraste parfait avec Maximilien ; léger, ouvert, caressant, aimant la société, surtout celle des femmes ; recherchant le luxe, et sachant dépenser. Dans l’ancien régime, il avait désiré de passer pour gentilhomme. Le sobriquet de Vieusac48 ne flattait pas peu son amour-propre. Varié comme le caméléon, changeant d’opinion comme de costume ; tour à tour feuillant, jacobin, aristocrate, royaliste, modéré, révolutionnaire ; cruel, atroce par faiblesse, intempérant par habitude, selon la difficulté de ses digestions, athée le soir, déiste le matin, né sans génie, sans vues politiques, effleurant tout ; ayant pour unique talent, une facilité prodigieuse de rédaction (1).

(1) Avait-il un sujet à traiter, il s’approchait de Robespierre, Hérault, Saint-Just, etc., escamotait à chacun ses idées, paraissait ensuite à la tribune ; tous étaient surpris de voir ressortir leurs pensées comme dans un miroir fidèle.

Barère avait à Clichy, une maison de plaisance, tout à la fois séjour des jeux de l’amour et repaire odieux où les Vadier49, les Vouland50 inventaient avec lui les conspirations que la guillotine devait anéantir. Ils s’y rendaient deux fois par décade. L’enjouée Bonnefoi y accompagnait Dupin51, aussi fameux dans sa coterie par sa cuisine de fermier général, qu’il l’est dans la révolution par son rapport sur les fermiers généraux. On connaît l’échange bizarre de Versailles entre le ci-devant duc de Liancourt, et je ne sais quel autre courtisan. Barère avait cédé cette virtuose à Dupin, et Dupin à Barère la Demahy, courtisane logée dans un superbe hôtel, rue de Richelieu. Ces deux belles, avec une autre plus belle et plus jeune, étaient les trois Grâces qui embellissaient de leurs attraits les charmilles délicieuses52 à l’ombre desquelles les premiers législateurs du monde dressaient leurs listes de proscription. Un jour madame de Bonnefoi, fixa les regards de Fayau53, représentant du peuple, invité parfois à ces parties. J’ai su que la sensibilité inquiète du tendre Dupin, en avait été vivement alarmée. Le vieux Vadier se mêlait aussi des jeux perfides de l’amour : le laid Vulcain54, dans l’Olympe, ne fut jamais davantage l’objet des sarcasmes et des railleries.

On se tromperait, si l’on croyait que j’allasse souvent à Clichi. Hélas ! retiré seul dans ma chambre, des réflexions cruelles avaient trop fait soupirer mon cœur, après les deux ou trois fois seulement que j’y étais allé55. J’avais vu avec joie, avec délices, la destruction de la cour honteuse de Louis XVI et de l’archiduchesse d’Autriche56, source corrompue des maux affreux de toute la France, et je voyais renaître parmi les destructeurs de cette cour scandaleuse, les scènes nocturnes des jardins de Versailles et du petit Trianon57.

A son retour de Clichi, le lendemain d’un quintidi ou d’une décade58, Barère, à la première rencontre, me souhaitait ainsi le bonjour : nous avons taillé hier de l’ouvrage au tribunal, il ne chômera pas. Vouland, quelquefois à côté de lui, approuvait d’un petit sourire doucereux et perfide.

Tous les matins, l’antichambre de Barère était remplie de solliciteurs, avec des pétitions à la main, attendant l’heure de son heureux réveil. Il se présentait enveloppé de la robe d’un sybarite59, recueillait, avec les manières et les grâces d’un ministre petit-maître, les placets qu’on lui présentait, commençant par les femmes, et distribuant des galanteries aux plus jolies. Il prodiguait les promesses et les protestations ; puis rentrant gaiement dans son cabinet, à l’exemple du honteux cardinal Dubois, il jetait au feu la poignée de papiers qu’il venait de recueillir. Voilà ma correspondance faite. J’ai vu cette horreur. . . . était-il le seul ?. . .

La mort semblait avoir succédé, dans la tribune, à la vérité. Les acteurs de la tragédie60 s’étaient distribués les rôles pour répandre la terreur. Les hommes qui régénèrent un grand peuple, selon Saint-Just, ne doivent espérer de repos que dans la tombe. La révolution est comme la foudre, il faut frapper.

Barère disait dans ses discours , il n’y a que les morts qui ne reviennent pas.

Collot-d’Herbois répétait souvent : plus le corps social transpire ; plus il devient sain.

J’ajoute à ceci un fait important :

Fréteau venait d’être acquitté ; j’en fais part à Barère avec une joie intérieure. Un membre de l’assemblée constituante échappé ! dit-il : les jurés sont des contre-révolutionnaires. On dresse une autre liste de jurés, Fréteau n’est bientôt plus.

Est-il vrai, me demanda Billaud causant avec Collot-d’Herbois dans la salle de la Liberté, que Fréteau ait été acquitté, – Oui. – Eh bien ! reprit Collot, on le reprendra.

Barère, à l’exemple de cet histrion61 , qui, la hache sur l’épaule, se présenta à l’assemblée des Grecs, et menaça de les exterminer s’ils parlaient de paix, déclarait la guerre à l’humanité.

Collot-d’Herbois excusait les canonnades62 en masse de Lyon, sous les dehors d’une hypocrite sensibilité. Il avait employé l’action de la foudre pour ménager aux victimes la durée des souffrances.

Dans les comités, Couthon, Billaud-Varennes, Vadier, Vouland, jetaient les bases des tribunaux de Marseille, d’Arras, d’Orange. Les troupes révolutionnaires portaient la dévastation, les tortures, l’assassinat, l’incendie dans leurs marches épouvantables.

Les hébertistes63 donnaient à la France le signal de la ruine des autels superstitieux de la religion. Des processions indécentes circulaient dans les rues de Paris ; on ne voyait partout que mascarades, que hochets de la superstition. Gobel64, et son fidèle clergé, Chaumette65, faisaient retentir les voûtes de la convention de chants d’allégresse voués à l’athéisme. La Vendée, toujours détruite et toujours renaissante, dévorait comme un chancre politique66, une partie de la population, et la fleur des armées de la république. Les flots de la Loire roulaient à la mer leurs eaux teintes de sang, et les cadavres des noyades67.

Voilà ce que ces nouveaux enfants de Jason68, qui faisaient bouillir leur père sous prétexte de le rajeunir, appelaient les moyens de réaliser l’heureux système de la révolution agrairienne. Les régénérateurs du peuple français ne se contraignaient plus dans leurs conversations sur le projet de partager à chaque famille une portion de terre, au milieu de laquelle s’élèverait une baraque couverte de chaume. Saint-Just ajournait le bonheur de la France à l’époque où chacun retiré au milieu de son arpent avec sa charrue, passerait doucement sa vie à le cultiver.

C’était le retour de l’âge d’or et du siècle d’Astrée.

Barère traitait les propriétaires d’oppresseurs du monde, chargés de crimes et de forfaits ; il plaçait exclusivement les vertus dans la classe journalière et travaillante ; il l’appelait à la guerre contre le surplus du peuple ; comme s’il était possible que les hommes subsistassent sans ces heureuses inégalités de talents, de génie et de facultés morales et physiques. Du pain et du fer69, voilà le meilleur des mondes ; comme si le pain et le fer n’étaient pas même le produit de la réunion des arts et des talents des hommes en sociétés politiques.

Le moral trop affecté de tant de ravages, de tant de désastres, je tombai dangereusement malade ; je dus ma guérison au savant médecin Baraillon70, député.

Je l’avouerai : Robespierre, lui-même, paraissant enfin ouvrir les yeux sur tant de calamités publiques, contribua à mon retour vers la vie, dans la lecture de son discours prononcé aux Jacobins, sur la divinité : il semblait, de bonne foi, résolu d’arrêter le torrent dévastateur. L’histoire mettra en problème, s’il n’en excitait pas sourdement l’action, à dessein d’avoir le suprême mérite, aux yeux de la nation, d’être le dieu libérateur, qui seul fermerait l’abîme de la destruction, et ramènerait les hommes aux espérances du bonheur. Ô profondeur de la politique ! On vit paraître l’idée de la conspiration des Hébertistes, dont le système effroyable était l’institution du régime municipal de la commune de Paris, à l’exemple de Rome, sur toute la France. Pour y parvenir, on eût employé l’assassinat direct, les massacres en masse. On aurait vu l’anéantissement du sénat français, et une nouvelle septembrisation71. J’ai applaudi sincèrement au juste supplice de ces conspirateurs.

Voilà, sans doute, le premier des écueils72 sur l’un desquels Robespierre craignait, au dîner chez Venua, de voir échouer le vaisseau de la révolution.

Dans le cours de ma carrière politique, j’avais eu occasion de fréquenter le spirituel Camille Desmoulins73 ; de voir, parfois, Danton74, Tallien, Thuriot75, Legendre76, Brival77, et beaucoup d’autres députés. Je mangeais chez Camille : il daignait me lire quelquefois ses ouvrages avant de les livrer à l’impression. Je portais dans mon cœur, avec la même affection, tous les représentants du peuple. Je croyais naïvement, que le 31 mai78 avait anéanti toutes les factions. Depuis cette grande, époque, les opérations rapides et unanimes de la convention me confirmèrent dans cette pensée consolante.

Danton et Robespierre étaient liés par les nœuds d’une amitié apparente : ils estimaient leurs talents. L’histoire, sans doute, les présentera comme rivaux, cherchant à se supplanter. L’ambition est la passion dominante des grands caractères. Mais quels que soient les crimes dont la vérité ou l’imposture l’a porte à flétrir leur mémoire; toutefois, il faut rejeter cette fabuleuse conspiration, inventée sur leur compte, ces jours derniers, de s’être concertés dans le projet de placer sur le trône le fils du dernier des tyrans, avec deux Chambres, comme en Angleterre79. Les faits que je vais dire détruisent cette fable ridicule.

Lacroix80 et Legendre, à leur retour des départements, avaient été obligés d’attendre dans les antichambres du comité de salut public. Ce retard ne devait guère s’accorder avec leurs idées d’égalité. Le temple des lois a retenti de leurs plaintes.

Danton, né paresseux, avait négligé d’entrer dans le gouvernement des affaires... il avait fait des absences….., il se croyait fort comme Hercule….., il ne tarda pas à s’apercevoir de ses fautes, de ses négligences. Danton osa se plaindre à la Convention du despotisme des comités sur elle-même. Il est temps, disait-il, que la convention reprenne l’attitude imposante qu’elle tient du peuple, et qu’elle n’aurait pas dû perdre devant quelques-uns de ses membres : je ne fais ici qu’émettre la préface de mon opinion politique. Les Cordeliers s’étaient portés aux Jacobins. Camille Desmoulins jeta dans le public son Vieux Cordelier81 : le parti fut bientôt formé , il ne laissait pas que d’être redoutable par son adresse à réclamer vivement contre les mesures de terreur, et de despotisme, sous lesquelles toute la France consternée gémissait dans un morne silence.

Hérault-Séchelles, l’un des plus beaux hommes de son siècle, s’y était rallié dans les affections honnêtes et pures de sa belle âme.

Voilà le second écueil82 sur lequel Robespierre avait montré sa crainte au dîner dont j’ai parlé.

Camille Desmoulins est attaqué aux Jacobins. On tourmente, on vexe sa famille. Danton prononce le mot d’ultra-révolutionnaire. Robespierre, toujours observateur inquiet sur la direction des événements, affecte tout à la fois de défendre Danton, et d’improuver ses opinions. Il précipite Desmoulins, en prenant superbement envers lui les dehors de la pitié.

Quelques jours avant leur perte, pénétré de douleur, je dînai chez Camille avec sa charmante et vertueuse épouse83, sa mère d’une très-belle stature, Danton, sa modeste épouse, un jeune homme d’une belle taille et d’une figure intéressante. Je laissai échapper mes inquiétudes à Camille : je lui fis de fréquentes visites. Vingt fois je l’avertis qu’on voulait le guillotiner. Peu avant son arrestation, je le conjurai de se tenir sur ses gardes....... On les arrête ; on dresse tout exprès une liste de jurés. Barère m’avait proposé. Billaud-Varennes et Collot-d’Herbois, objectèrent mes liaisons avec les victimes. Je suis éliminé. La révolution, comme Saturne, eut bientôt dévoré ses plus tendres enfants84.

Ainsi, mourut à l’échafaud l’homme courageux85, qui, le 14 juillet 1789, monté sur une table au palais de l’Égalité86, deux pistolets à la main, donna au peuple le signal de la liberté, en arborant la cocarde nationale, et détermina la prise de la Bastille. Ah ! son nom, comme Danton l’a prophétisé pour lui-même, vivra au Panthéon de l’histoire.

Vadier a osé dire qu’il ne connaissait aucun juré. N’est-ce pas lui qui a fait nommer président de la commission d’Orange87 sa créature, Fauvetti, l’ami intime de Vouland, juré dans ce sacrifice impie ? A-t-il oublié qu’il y a eu de fréquentes conversations avec plusieurs d’entre eux, et qu’il les exhortait à la sévère inflexibilité ? De quel serment, Vadier, as-tu scellé ce mensonge, ou de la foi républicaine que tu jurais dans tes lettres, contre les treize accusés de Pamiers ; ou de la foi royale extraite du Moniteur par Fréron88 ? Les serpents des Euménides89 sifflent sur ta tête, et dévorent ton cœur. Déjà ta main sanglante s’est armée du poignard.

Vadier, comme Barère, parlait avec le plus grand mépris du peuple de Paris ; selon eux, ce peuple si grand, si éclairé, si magnanime, n’était qu’un vil troupeau, un composé d’imbéciles : avec une paille on pouvait conduire ce tas de badauds.

Le vaisseau de la révolution ayant évité les deux écueils , les moyens du système agraire n’avaient pas cependant une vélocité assez rapide : Vouland, Vadier se transportaient souvent au bureau de Fouquier90, et disaient : ça ne va pas assez vite. Vadier a souvent répété ; il faut renouveler les jurés faibles. Les commissions populaires qui n’en ont acquitté qu’un sur quatre-vingt ; la loi du 22 prairial91, qui laissait au tribunal l’immense latitude de l’arbitraire ; les tribunaux révolutionnaires des départements qui n’ont pas moins effrayé par leurs sanglants travaux ; l’espionnage répandu jusque dans les maisons des citoyens ; les délations publiquement provoquées ; toutes ces mesures de salut public et de sûreté générale92, que la mort semblait seule avoir inventées, étaient en pleine activité ; tandis que, pour distraire le peuple des sentiments d’effroi qu’elles devaient lui inspirer, le géant Robespierre offrait au cœur des hommes, avec tous les charmes séducteurs de l’éloquence philanthropique, le dogme consolateur de l’être suprême, et de l’immortalité de l’âme93.

La convention nationale, subjuguée elle-même, consacrait cette idée sublime, et mettait au rang des devoirs du républicain, la haine des tyrans, les secours envers les opprimés, le désir de faire à autrui ce qu’on veut qui nous soit fait. Non, jamais on ne voila un aussi vaste dessein que celui du système agraire, avec plus d’art et plus d’adresse.

Quel spectacle ! Les matelots, qui, sur l’océan, aperçoivent d’un côté les nuages se rassembler et former les orages ; et d’un autre les rayons naissants d’un beau jour, ne sont pas plus indécis sur le sort du vaisseau qui les porte. J’étais retombé malade : l’habile Corvisart94, professeur de médecine, aux leçons duquel je regrette de n’avoir pas plus souvent assisté, m’avait donné ses soins, et guéri comme par miracle. La fluctuation de mon âme était devenue extrême à la lecture de ce morceau de l’Esprit des Lois (1) :

(1) Chapitre XV, liv. XI.

« L’on nomma des décemvirs95. On suspendit la nomination de tous les magistrats. Ils furent seuls administrateurs de la république. Dix hommes eurent seuls toute la puissance. Rome se vit soumise à une tyrannie aussi cruelle que celle de Tarquin. Quand il exerçait ses vexations, Rome était indignée du pouvoir qu’il avait usurpé. Quand les décemvirs exercèrent les leurs, elle fut étonnée du pouvoir qu’elle leur avait donné. Mais quel était ce système de tyrannie, produit par des gens qui n’avaient obtenu le pouvoir politique et militaire que par la connaissance des affaires civiles, et qui, dans les circonstances de ces temps-là, avaient besoin au dedans de la lâcheté des citoyens pour qu’ils se laissassent gouverner, et de leur courage au-dehors pour les défendre ? »96

Deux choses concoururent à épaissir le voile sur mes yeux.

Une jeune fille, belle et bien née, ose tenter d’assassiner Robespierre : l’assassinat emporte un intérêt puissant en faveur de celui qui en est victime, et de l’odieux envers celui qui s’en rend coupable. La convention nationale prend part à cet événement. La jeune Renault97 est condamnée au tribunal révolutionnaire, et traînée à l’échafaud avec ses père et mère. Robespierre n’était donc pas un tyran ?.... Elle seule avait pourtant raison de le regarder comme tel98. Immortelle héroïne, tu suivais l’élan de ton âme sublime, et le précepte de la nation même, consacré en ces mots dans l’article II de la déclaration des droits : que le tyran de son pays soit mis à mort par l’homme libre. O honte ! il ne s’est pas trouvé un républicain : seulement une jeune fille, sortant à peine de l’enfance, a osé saisir comme Brutus99, sur l’autel de la patrie, le poignard de la liberté..... Puissance funeste de la difficulté de croire à la vertu ! Quelques hommes séduits par l’idée des rapprochements d’une nouvelle Virginie100, n’ont voulu voir là que l’effet d’un dépit amoureux ou de la vengeance de la pudeur offensée. ....Ah ! généreuse et pure dans son dévouement, elle ne le connaissait même pas. Le cœur sec et aride du tyran, repoussait jusqu’à la nature. Ta gloire honore la plus belle portion du genre humain. L’histoire réparera envers toi l’ingratitude de tes contemporains (l).

(1) Je ne parle ici de la fille Renault, que comme ennemie de la tyrannie. Je n’ai pas connu son procès, et je suis dépourvu de papiers publics ; j’ai été informé, par de nouveaux détenus, qu’on avait demandé à la convention nationale, la révision de son jugement. Dans ces temps où les tyrans régnaient, ils auraient pu facilement dénaturer la pureté de son action républicaine : ce serait un crime de plus. Au reste, mon admiration est exclusive de tous motifs qui ne seraient pas dans la nature de la république une et indivisible.

Arrive le jour de la fête à l’Être suprême101 : jamais le ciel ne brilla d’un éclat plus radieux : la divinité semblait tout à la fois appeler les hommes à lui rendre leurs hommages, et descendre au milieu d’eux pour les consoler de leurs malheurs. Barère et Collot-d’Herbois s’étaient priés à déjeuner chez moi, afin de jouir du coup d’œil de la fête. La femme de Dumas, président du tribunal révolutionnaire, était venue à l’improviste, de très bonne heure, pour le même motif. Je descendis vers neuf heures du matin. En revenant de me promener dans le jardin, je rencontrai, près l’esplanade, Barère, Collot-d’Herbois, Prieur102 et Carnot103. Barère ne paraissait pas content : nous ne t’avons pas trouvé dans ta chambre ; nous comptions y déjeuner. Je les engage à rétrograder ; ils s’y refusent et m’entraînent quelques pas avec eux, en me pressant vivement de partager leur repas chez un restaurateur voisin. Je les quittai. En passant dans la salle de la Liberté, je rencontrai Robespierre, revêtu du costume de représentant du peuple, tenant à la main un bouquet mélangé d’épis et de fleurs ; la joie brillait pour la première fois sur sa figure. Il n’avait pas déjeuné. Le cœur plein du sentiment qu’inspirait cette superbe journée, je l’engage de monter à mon logement ; il accepte sans hésiter. Il fut étonné du concours immense qui couvrait le jardin des Tuileries : l’espérance et la gaieté rayonnaient sur tous les visages. Les femmes ajoutaient à l’embellissement par les parures les plus élégantes. On sentait qu’on célébrait la fête de l’auteur de la nature. Robespierre mangeait peu. Ses regards se portaient souvent sur ce magnifique spectacle104. On le voyait plongé dans l’ivresse de l’enthousiasme.

Voilà la plus intéressante portion de l’humanité. L’univers est ici rassemblé. Ô nature, que ta puissance est sublime et délicieuse ! comme les tyrans doivent pâlir à l’idée de cette fête !

Ce fut là toute sa conversation.

Qui n’aurait pas été trompé à l’hypocrisie du tyran lui-même105 ? Maximilien106 resta jusqu’à midi et demi (1).

(1) J’ai su depuis qu’on l’avait cherché longtemps ! n’aurait-il pas mis de l’orgueil à faire attendre despotiquement le peuple et la Convention.

Un quart d’heure après sa sortie, paraît le tribunal révolutionnaire, conduit chez moi par le désir de voir la fête. Un instant ensuite vient une jeune mère folle de gaieté, brillante d’attraits, tenant par la main un petit enfant plein d’intérêt ; c’était Vénus et l’Amour. Elle n’eut pas peur de se trouver au milieu de cette redoutable société. La compagnie commençant à défiler, elle s’empare du bouquet de Robespierre qu’il avait oublié sur un fauteuil. Lecteurs ! excusez à la tendresse séduite et détrompée, ces détails frivoles.

L’impression profonde de ces deux événements sur mon âme, ne tarda pas à s’affaiblir. Une sombre défiance s’empara de tous les esprits. Les émissaires furent multipliés : l’espionnage incommodait comme une nuée d’insectes. Les maîtres de maison craignaient leurs commis, leurs domestiques. L’ami s’éloigna de son ami : les frères tremblaient d’avoir des divisions ; le père eut peur de ses enfants ; les enfants se méfièrent de leurs pères. Tous les liens de la société des hommes furent à la fois comme brisés et détruits. L’amour, ce sentiment impérieux de la nature, fut empoisonné dans son intimité, dans ses plaisirs. Sourire à tel individu, ou seulement le regarder, était assez pour être suspect, et précipité dans les cachots.

Sambat fut rayé de la liste des jurés, et menacé de perdre sa liberté, pour avoir eu des liaisons avec Dufourny, alors privé de la sienne. Son courage honore l’amitié. Les larmes aux yeux, il me disait, en sortant des Jacobins : Les tyrans peuvent me faire mourir ; mais ils ne me feront jamais oublier mes amis dans le malheur. Ces mots éternellement gravés dans mon cœur, valent un excellent volume de morale.

Antonelle107, juré, avait été mis en arrestation pour avoir eu seul le courage d’émettre son opinion motivée en faveur de Lamarlière108. Charles Lavaux 109avait subi le même sort, pour s’être montré avec fermeté. On incarcérait en masse les patriotes à cause de leurs relations avec tels ou tels représentants du peuple, tels que Fabricius110, Paré, Lachevardière111, etc. Depuis l’affaire de Danton, j’étais observé, j’étais devenu l’objet des soupçons, des défiances, même des humiliations. On m’avait reproché d’avoir dîné avec Brival à Saint-Cloud.

Herman112, fameux claveciniste, curieux d’assister à une des séances du tribunal, m’engage à l’y conduire ; je le place au parquet. A peine assis, il est dénoncé, traduit à la chambre du conseil comme un conspirateur. Il se réclame de moi. Dire que je connaissais particulièrement ce célèbre artiste, c’était le suivre à l’échafaud, s’il y avait eu la moindre atteinte sur lui. Je l’avais vu chez Barère , et je ne le connaissais pas assez pour en répondre : je dis la vérité. Châtelet113 fait une histoire de ses prétendus actes liberticides. Il a donné des leçons de forté piano114 à la famille de la reine, à la reine elle-même : c’est un muscadin115…. De suite le mandat d’arrêt. Renaudin116, colère, furieux, appuie de toutes ses forces : le mandat est lancé par Fouquier. Herman est conduit à la Conciergerie et je suis traité de conspirateur. Ce ne fut qu’après beaucoup d’efforts et d’importunités près de Dumas et de Fouquier, que je parvins, à l’insu des deux dénonciateurs, à jouir du doux plaisir de le délivrer de l’esclavage. Je lui portai moi-même son brevet de liberté. Quelle joie ! quels transports ! que de précautions ensuite pour nous revoir, et nous rappeler cette scène touchante !

Depuis la loi du 22 prairial117, je n’avais siégé qu’un petit nombre de fois dans des affaires d’un petit nombre d’accusés, jamais dans aucune fournée 118. J’avais été obligé de refuser un dîner avec Brival, parce que j’appris que Tallien devait en être : j’étais contraint de détourner mes regards de dessus certains députés que je connaissais d’amitié.

Robespierre devenait plus sombre, son air renfrogné repoussait tout le monde ; il ne parlait que d’assassinat, encore d’assassinat, toujours d’assassinat. Il avait peur que son ombre ne l’assassinât. Un mois avant sa chute, je n’avais mis les pieds chez lui ; on m’y avait lancé des regards inquiets et menaçants.

L’orage grondait sur la montagne ; la plaine retentissait de sifflements ; la mer soulevait ses flots agités. Je m’attachai fortement à connaître le point d’où partait la tempête.

Je découvris qu’il s’agissait d’entamer de nouveau la représentation nationale. Le 22 ou 23 messidor119, au milieu de la place, adjacente à la salle des jacobins, était rassemblé un groupe entourant un homme effaré : on s’écrie, c’est un assassin de Robespierre, de Billaud-Varennes120 ; il y a des scélérats dans la convention. A peine dans la société, Billaud se retourne et me dit : On est venu chez moi m’assassiner. – Il n’est pas étonnant qu’on en veuille à tes jours, répliquai-je, s’il y a des scélérats dans la Convention. – Nomme-les ? – Je ne les connais pas. Cette manière de répondre me priva d’obtenir des éclaircissements. Naulin121 disait aux jacobins : il faut chasser de la Convention tous les hommes corrompus.

Le soir où Barère présidait la société, le voile fut entièrement déchiré : il me prie de lui faire venir ses rapports sur les victoires : je vais les chercher et les lui remets moi-même. Il jouissait d’avance du plaisir d’émouvoir la société et les tribunes. Vaine erreur ! Robespierre occupe toute la séance par un discours artificieux, fait pour tromper des hommes, même éclairés. Barère souffrait ; sa réputation politique fut attaquée, compromise. Après la séance, j’accompagnai Barère dans son laboratoire, voisin du comité de salut public. Tout défaillant, il s’étend dans son fauteuil : à peine il pouvait prononcer ces mots : je suis saoul des hommes : si j’avais un pistolet. . . . . . . Je ne reconnais plus que Dieu et la nature. Après quelques minutes de silence, je lui fais cette question : quelle a pu être sa raison de t’attaquer ? La crainte et la douleur ont besoin de s’épancher. Ce Robespierre est insatiable, dit Barère : parce qu’on ne fait pas tout ce qu’il voudrait, il faut qu’il rompe la glace avec nous. S’il nous parlait de Thuriot, Guffroi122, Rovere123, Lecointre124, Panis125, Cambon126, de ce Monestier, qui a vexé toute ma famille,et de toute la sequelle dantoniste, nous nous entendrions ; qu’il demande encore Tallien, Bourdon de l’Oise127, Legendre, Fréron, à la bonne heure… mais Duval128, mais Audouin129, mais Léonard Bourdon130, Vadier, Vouland, il est impossible d’y consentir. – Ce sont donc là, répliquai-je, les scélérats, les hommes corrompus de la Convention ? Nous nous séparâmes, lui dans un accablement affreux, moi consterné de ce que je venais d’entendre.

Rentré dans ma chambre, j’écris les noms des victimes désignées au milieu du trouble. Quelle nuit horrible ! quelles tristes réflexions ! Alors, plus de doute du projet médité, arrêté entre les membres du gouvernement, de décimer la convention nationale. Il est évident qu’on était divisé sur les victimes, et que la discorde s’établissait au milieu de ceux qui étaient d’accord de la proscription. Le discours de Robespierre me parut avoir pour objet d’amener Barère à ses fins par la terreur, ou de le perdre s’il s’obstinait dans sa résistance.

Quelle était le motif puissant de ce nouveau 31 mai131 ? où voulait-on en venir ? de quel genre de corruptions les représentants du peuple s’étaient-ils rendus coupables ? avaient-ils descendu des places élevées qu’ils occupaient à la montagne ? Il me parut clair qu’on les regardait comme des obstacles au système agraire, à la continuité du terrorisme qui en était l’instrument ; mais les cris et les plaintes de tant de familles désolées, le désespoir des veuves et des orphelins, ne formaient-ils pas un concert lugubre et déchirant ! Ces charretées de patients qu’on conduisait à la mort, et qui montraient la sérénité de l’innocence, n’effrayaient-elles pas le peuple ? les bras des bourreaux ne commençaient-ils pas à se lasser, et le fer de la destruction à s’émousser ?

Cette idée agrairienne n’était-elle pas elle-même une chimère de novateurs aveugles, épris des idées de perfection et de régularité impossibles dans ce monde, pleins de la vanité des choses humaines, ou la charlatanerie de jongleurs qui tendaient enfin à devenir les tyrans de leurs compatriotes, et les oppresseurs de leur pays !

De quel droit ce très-petit nombre de représentants dominateurs prétendaient-ils disposer de la vie d’un plus grand nombre, insulter à la fois à la puissance conventionnelle et à la souveraineté du peuple ?

Je m’abstiens d’approfondir ces idées politiques.

L’esprit de faction, les délires ambitieux, la fureur des vengeances, paraissaient donc avoir remplacé la passion sublime et pure de faire le bonheur d’un grand peuple. Le feu sacré, dont mon cœur brûlait pour la révolution, s’empara de tout mon être ; et dans ma juste indignation, je jurai de sauver la chose publique, au péril de ma vie, en divulguant ce que je savais. . . . Je combinai toutefois des mesures de prudence.

Le lendemain, je rencontrai Brival à l’entrée de la Convention.

Je lui témoignai d’abord ma crainte d’être vu avec lui (1). Nous montâmes l’escalier qui conduit au comité des inspecteurs, et là je lui fis part de ma douleur. Je lui parlai avec cette franchise, cet épanchement dignes de l’amour de la patrie, et compagnes de la plus tendre amitié. Je le quitte tremblant d’avoir été aperçus ensemble. . . . . Dans différentes occasions, j’affectai, envers certaines personnes de choix, des indiscrétions réfléchies. Dans la salle de la liberté, quelques jours avant mon arrestation, la veille même, je disais ; (des députés ont pu l’entendre132) le tribunal révolutionnaire attend une vingtaine de députés ; la bombe va éclater. . . .

(1) Parce qu’il était ami de Tallien, dont on avait juré la perte.

J’avais appris que Billaud-Varennes m’avait dénoncé aux comités réunis de salut public et de sûreté générale133. Il est évident qu’il n’avait pu alléguer le véritable motif pour lequel il voulait me faire arrêter134. Il n’avait pour objet que de paralyser ma langue. Il imagina de prendre un motif ostensible, dans le peu de mots analogues à la motion de Naulin, que je lui avais dits aux Jacobins. Barère et Vadier, qui me connaissaient, se trouvèrent là dans le moment ; ils n’avaient pas été prévenus par Billaud-Varennes ; ils prirent ma défense sur la futilité du prétexte, j’échappai à sa poursuite.

Le hasard me place à côté de lui au théâtre de la République, dans une loge vis-à-vis le parquet, au rez-de-chaussée. Michaud, acteur, y paraît un instant ; quand il n’y fut plus, Billaud me regarde avec colère, je l’envisageai avec fierté : Eh bien, lui dis-je, ta dénonciation est allée en fumée. Billaud-Varennes entre dans la plus terrible fureur. Perfide ! scélérat ! voilà ses injures. Il se retire brusquement, et ferme la porte avec une telle force, que la loueuse de loge et tous les spectateurs en furent saisis d’épouvante135. Le jour de mon arrestation dans la rue Saint-Honoré, je salue et parle un moment à Bentabole136 ; il devina dans mes yeux ce qui se passait dans mon intérieur. Bientôt après, je rencontre Thuriot seul dans les couloirs de la salle de la convention ; en passant, je lui prends la main avec affection et sensibilité.

A dix heures du soir Dossonville137, digne sbire des Vadier, des Vouland, des Collot, accompagné de plusieurs membres du comité révolutionnaire des Tuileries, me met en arrestation, par ordre du comité de sûreté générale. Je m’empresse de lire le motif ; toujours le même prétexte, complice de Naulin.

Un des membres du comité révolutionnaire tenait en sa main et lisait la nomenclature des victimes destinées au sacrifice : il l’avait prise sur mon bureau. Le visage de Dossonville rayonne de joie ; il s’imaginait avoir fait une trouvaille. Il lit, il devient pâle : sa figure laisse entrevoir un caractère d’altération. En continuant ses perquisitions, il met le papier dans sa poche sans l’inventorier, quoiqu’il inventoriât les papiers insignifiants. Pourquoi cette soustraction de la part de Dossonville ? . . . Il savait bien ce qu’il faisait, et ce n’est pas là l’instant d’en tirer les inductions qui, au surplus , sont palpables. Je suis conduit à la Force138.

La catastrophe a éclaté les 9 et 10 thermidor ; le public en connaît les détails mieux que moi, alors détenu.

Je dois m’attacher à faire quelques observations capitales : il a existé un décemvirat, à la tête duquel s’est trouvé un nouvel Appius Claudius.139 La parfaite identité du comité de salut public avec le décemvirat de Rome, est démontrée, et par le passage de l’Esprit des Lois140, et par la tyrannie momentanée, sous laquelle a gémi toute la France. Les meneurs de ce décemvirat, Robespierre, Collot-d’Herhois, Barère, Couthon, Billaud-Varennes, et Saint-Just, ont toujours été parfaitement d’accord pour subjuguer le sénat français, la nation tout entière.

Il faut sans cesse rappeler à la convention, disait Barère, depuis le 10 thermidor, son état d’oppression, afin qu’elle n’y retombe plus. Auparavant tous leurs discours, toutes leurs actions concertées, ont tendu à condenser cet état d’oppression, et leur tyrannie sur le peuple.

Ne sont-ce pas eux qui ont surpris à la convention nationale, le décret qui les autorisait à mettre ses membres en arrestation ? Ils se sont aidés mutuellement de leurs forces respectives : Collot disait de Saint-Just : ce jeune et vigoureux athlète de la révolution. Barère défendait Robespierre des attaques du manifeste du duc d’York141, où on le taxait d’aspirer à la dictature, au patriarcat ; où on les traitait d’égorgeurs. Ils se sont entendus à repousser Magenthiès, lorsqu’en homme libre, il venait redemander à la Convention nationale, et la liberté d’elle-même, et la souveraineté du peuple. Ils se sont entendus à défendre leurs satellites, d’Aubigni142, Lebon143, etc. On ne finirait pas à recueillir tous les traits qui démontrent l’évidence de leur conjuration. Ce décemvirat, sous prétexte de régénérer les mœurs du peuple français, avait réellement conçu l’idée immense de réaliser le projet agraire. Ils avaient devant leurs yeux l’exemple des jeunes Gracques144, qui devinrent victimes de leur inexpérience.

Ils ont suivi l’exemple de Sylla, qui dans le même dessein, employa les proscriptions145, les confiscations. En effet, la France fut bientôt couverte d’espions, de sbyres, de bastilles, d’échafauds : ils ne lui auraient laissé qu’une population de veuves et d’orphelins. N’a-t-on pas encore entendu Barère, depuis le 10 thermidor, parler du partage des terres confisquées ?

Hélas ! Ils s’imaginaient réformer les mœurs, en détruisant le luxe des vêtements. « Lorsque la tyrannie eut commencé à faire couler le sang, dit Tacite, sous Tibère, et qu’il ne fût plus possible de jouir d’une haute renommée, ceux qui échappèrent aux massacres devinrent plus prudents : les profusions se portèrent à des dépenses secrètes, avec une violence que rien n’était capable d’arrêter. . . . . . » Mais ces haines, ces vengeances, cet abus effroyable d’odieuses délations, ce désespoir de l’homme de bien, alarmé de ses vertus mêmes ; sont-ce là les germes d’une régénération de mœurs ? . . . . .

Leur salut contre leurs innombrables ennemis, n’eût résidé que dans la conservation du pouvoir ; et ils eussent infailliblement usurpé la permanence de la tyrannie sur leur pays.

Ils n’avaient pas, comme Sylla, dont ils ont renouvelé les fureurs, le javelot avec lequel il triompha à Archomène : seulement ils avaient le souvenir de l’insulte qu’il reçut en abdiquant la dictature, et sa réponse au jeune insolent qui l’outragea : ce que tu fais là, empêchera que j’aie des imitateurs146. . . . .

Certes, ils eussent fini par prodiguer les propriétés confisquées à leurs satellites, pour se les attacher comme des défenseurs, et l’on aurait vu un nouveau genre de dépravation jusqu’alors inconnue.

Les calamités publiques portées à leur comble, ont enfin frappé les regards des membres de la représentation nationale ; et la convention s’est trouvée forcée simultanément par tous les sentiments d’humanité, à s’opposer aux projets dévastateurs. Les combats politiques sont des combats à mort ; et les nouveaux tyrans ne pouvant soutenir leur système de proscription générale, que par de plus grandes proscriptions, bientôt les plus marquants de la Convention nationale ont été désignés pour les échafauds. La suppression des tribunaux sanguinaires, l’ouverture subite de toutes les bastilles, après les journées des 9 et 10 thermidor ; les déclamations de Robespierre, de Barère, de Collot-d’Herbois, contre la prétendue faction des indulgents, tout démontre ce qui vient d’être avancé.

Pouvait-on continuellement garder trois cent mille hommes dans les prisons ? Pouvait-on envoyer au supplice tous les jours deux à trois cents victimes (1) ? . . .

(1) Ce nombre n’est point exagéré, quand on se rappelle la multiplicité des tribunaux révolutionnaires répandus sur la surface de la république.

La scission survenue entre les meneurs du comité de salut public, sur quelques victimes à immoler, a transformé le décemvirat en deux parties de triumvirs147, qui, pendant quelques jours, ont lutté pour se supplanter. D’un côté, Robespierre, Couthon, Saint-Just ; de l’autre, Barère, Collot-d’Herbois, Billaud-Varennes. Dans le doute des événements, celui-ci a eu la bassesse de flagorner celui-là jusqu’au moment de sa chute. D’une part, on se rappelle les discours de Robespierre aux Jacobins, son testament politique du 8, à la convention nationale. D’autre part, Barère disait en faveur de Robespierre : Un représentant du peuple qui jouit d’une réputation patriotique, méritée par cinq années de travaux, et par les principes imperturbables d’indépendance et de liberté. Barère n’a-t-il pas appuyé la demande en impression du soi-disant testament politique ?

Que l’on se rappelle le moment où s’écroulait l’édifice monstrueux de la tyrannie148, n’est-on pas frappé de leur acharnement identique à ne pas laisser échapper le pouvoir de leurs mains ? D’après Barère, le gouvernement révolutionnaire ne devait rien perdre de son activité, de sa force. Quoi ! les représentants du peuple s’avilissaient en masse, en détruisant le pouvoir confié au comité de salut public de les mettre en arrestation en détail ! c’est ainsi, Billaud, que tu149 t’opposais à la demande de Fréron du rapport du décret fatal qui enlevait à la Convention sa propre liberté150. S’il pouvait y avoir de l’avilissement, ce serait dans ce décret liberticide, destructeur de la souveraineté du peuple, assimilant le sénat français au sénat de Rome, sous les Tibère, les Caligula, les Néron, les Domitien151.

Tous les moyens leur ont paru bons pour devenir les triumvirs152 de leur pays. Quand ils ont vu qu’enfin ceux de la Terreur étaient usés, n’ont-ils pas employé les principes de la liberté ? Lorsqu’un homme s’empare des volontés de tous, c’est Barère qui parle, la contre-révolution est faite. La censure des écrits et la tyrannie de l’opinion furent dans tous les temps les symptômes qui annoncèrent la perte de liberté ; et le droit indéfini de penser, d’écrire et de croire ce qu’on veut, est le signe auquel on va reconnaître qu’il existe une représentation populaire. – Ainsi Protée153, dans l’antique fable, prenait toutes les formes.

La conclusion certaine de tous ces faits et de toutes les considérations morales qui en résultent, est que les membres du gouvernement se sont rendus coupables envers la nation, du crime de tyrannie.

En vain, les tyrans qui restent diront-ils qu’ils ont dénoncé Robespierre, Saint-Just154 : ils n’ont cessé d’être leurs complices. Ils ne les ont dénoncés qu’au moment où ils sont devenus leurs rivaux, où ils ont craint de partager leur infamie, où ils ont espéré de devenir leurs dignes successeurs. De leur aveu, ils s’étaient aperçus que ces premiers avaient des émissaires dans les départements et les armées, et ils attendaient, disaient-ils, l’occasion favorable de divulguer leurs projets sans danger. Mais ces émissaires leur étaient communs, et tous les faits prouvent que, loin d’avoir cherché l’occasion de les attaquer, ils se sont, dans toutes les occasions où la force des choses semblait devoir les renverser, empressés à voiler leurs forfaits. Ils étaient les leurs. La vérité a été repoussée.

N’ont-ils pas continué leurs fureurs, même avec plus d’effervescence, quatre décades155 après l’éloignement de Robespierre du comité156 ? Les supplices ont été plus multipliés depuis son absence du décemvirat157. Vainement enfin veulent-ils s’excuser sur le prétendu mérite d’avoir sauvé des dangers le vaisseau de la révolution, voguant au milieu des orages. Ne sont-ce pas eux qui, par leurs excès en tous genres, ont formé ces orages, qui l’ont menacé et lancé dans sa route, au milieu des écueils sur lesquels il a failli échouer ? Le courage, la force, l’énergie, la sagesse du Peuple français et de la Convention, voilà les sauveurs du vaisseau de la Révolution, malgré les tempêtes dont ils l’avaient assailli pour s’en rendre les maîtres.

Quel tableau de régénération nationale ! Des villes renversées, d’autres désertes, des contrées fertiles ravagées par les guerres civiles et les incendies, les îles enlevées, les monuments détruits, l’adultère flétrissant les familles, les mers couvertes d’exilés, le commerce et les arts au désespoir fuyant chez l’étranger ; les rivages des fleuves et de l’Océan couverts de cadavres de tout sexe, de tout âge, jusqu’aux enfants à la mamelle ; les rochers teints de sang, la multitude sans subsistance, couverte de haillons ; les biens, les talents, les honneurs devenus des crimes ; les délateurs en possession des récompenses, la vertu une cause infaillible de mort. . . . . . L’humanité en deuil se couvre d’un voile lugubre158.

Je reprends mon entrée à la Force159. On me place dans une chambre appelée les Tuileries (1). Sans doute l’arrivée d’un juré du tribunal révolutionnaire, était un événement pour les détenus. J’eus à essuyer d’abord quelques plaisanteries. On se convainquit qu’un juré était un homme comme un autre ; on découvrit même qu’il pouvait être susceptible d’affections humaines et sensibles160. La lecture des papiers nous était interdite ; nous ne correspondions avec personne ; nous ignorions tout161. J’eus occasion d’admirer la résignation, la sérénité de toutes ces malheureuses victimes. La gaieté ne perdait rien de ses petits jeux, de ses plaisirs. On était calme, on parlait de la République avec une sorte de respect religieux162. La promenade, très-resserrée, entourée d’arbres verts, offre à l’œil surpris, un arrangement de briques en forme d’autel, sur lequel sont plantés de jeunes arbustes, des fleurs, avec une figure placée au centre, et couronnée d’un myrte. C’est, me dit un détenu, l’autel élevé à la Liberté : elle s’est réfugiée sous les verrous et les portes grillées. Cette statue, faite par un prisonnier, avec la pierre d’une muraille et son couteau, est celle de l’immortel Rousseau, qui, né républicain, n’en disait pas moins que la liberté est achetée trop cher du prix du sang d’un innocent. Je l’avoue dans toute la sincérité de mon cœur ; je rends grâce à la Providence d’avoir été mis à la Force. Que d’exemples d’un dévouement sublime et d’une patience héroïque, m’ont fait verser des larmes d’amertume ! que de réflexions sur les choses, sont venues m’éclairer ! ô j’ai connu le malheur ! j’ai appris à le respecter, à l’honorer ; j’ai sondé les profondeurs de l’humanité.

(1) L’identité de ce nom avec celui de mon habitation antérieure163 donna lieu à de très fines railleries.

Le 9 thermidor, sur les quatre ou cinq heures après midi, on m’appelle. Le concierge m’annonce que je suis en liberté. La liberté ! A ce nom je tressaillis. On me propose d’écrire que je vais me rendre au lieu désigné. Je m’imagine que c’est une formule ; je fais ce qu’on exige, et je vais pour sortir. Le sentiment de quitter des hommes dont j’avais fait connaissance, des hommes dans l’adversité, qui m’ont inspiré l’estime ; le désir de leur être utile m’emporte vers eux ; je les embrasse, je leur promets de ne pas les oublier, et de tout faire pour les sauver. Je descends ; on me dit au second guichet qu’il y a contre-ordre. Bientôt le tocsin sonne164 ; les détenus attendent froidement le résultat du grand mouvement qui semblait s’opérer. Un gendarme est jeté à la Force, il en sort une heure après. La fluctuation des esprits est extrême (1). Un moment avant de nous coucher un prisonnier s’écrie : nous sommes tous aujourd’hui âgés de quatre-vingts-ans. Des complices de Robespierre arrivent avec une force armée, délivrent des fers leurs affidés165 : on ne parle pas de moi166 ; je reste avec les autres victimes. À deux heures après minuit, on nous apprend la victoire de la convention remportée sur Robespierre et la commune rebelle : tout le monde s’en réjouit167. Quand j’ai été arrêté, toute ma fortune se montait à 850 livres : en entrant dans la maison d’arrêt, on m’a fait déposer cette somme. Je suis sans finances comme sans vêtements168.

(1) On annonce que des chariots sont à la porte, que la septembrisation169 va recommencer.

Voilà la vérité des faits : je n’ai rien déguisé, je n’ai rien dissimulé, j’ai voulu dire la vérité tout entière ; je l’ai crue utile ; malheur à ceux qu’elle pourrait blesser. Jeune encore, je préfère à la vie, l’honneur, l’estime de mes concitoyens. Plutôt la mort que de rester encore plus longtemps sous le poids affreux des soupçons, de l’erreur, de la calomnie ; mais j’ai le sentiment de mon innocence. Je vais appeler la plus sévère attention sur toute ma conduite.

Suis-je coupable d’avoir accepté la place de juré au tribunal révolutionnaire ? je sais que ce titre inspire d’odieuses préventions. On m’a objecté cette réponse fameuse dans l’histoire de la Ligue170de la part d’un magistrat de province à la cour de Charles IX171 : Sire, j’ai trouvé parmi vos soldats de braves et fidèles, sujets, mais je n’ai pu y trouver d’assassins. Sans doute ce trait est beau, il est digne d’un fier républicain ; mais la Révolution française est infiniment au-dessus des troubles ridicules arrivés entre les maisons de Bourbon et de Lorraine, sur le prétexte encore plus ridicule de quelques misérables points de superstition. Il n’y avait pas là le grand et majestueux intérêt de la puissance nationale, luttant contre tous les rois de l’Europe altérés de domination, et faisant décider, par la force des armes, qu’un peuple est le maître d’adopter le gouvernement dans lequel il a placé son bonheur et sa gloire. Sans doute le jeune citoyen, enthousiaste de la liberté, séduit par l’annonce éclatante d’une grande régénération a pu et dû accepter la fonction redoutable de contribuer à la punition des ennemis de la patrie et de l’humanité. Telle était l’opinion générale sous laquelle on envisageait l’érection du tribunal révolutionnaire ; alors il était présidé par l’homme (1) vertueux et sensible qui préside celui d’aujourd’hui.

(1) Dobsent

Il est vrai que j’ai été continué, même sous la loi arbitraire du 22 prairial 172 ; mais j’en appelle à la conscience de tous les hommes vrais et probes. Logé dans le palais national, connu des hommes qui jouaient les premiers rôles sur la scène du monde, possesseurs de la confiance d’un grand peuple, soit par la hardiesse de leurs vastes conceptions, soit par l’art de leurs discours fallacieux, m’était-il possible de voir la vérité au milieu des nuages brillants dont j’étais environné ? Une force invincible ne m’entraînait-elle pas malgré moi ? C’était un atome emporté violemment par un torrent rapide. Ce chef ne peut faire judiciairement la matière d’une accusation ; il ne peut être que du ressort de l’opinion, comme un point de morale.

On n’a pas oublié ma conduite honorable envers Camille Desmoulins, mon éloignement du tribunal depuis sa perte ; qu’on fouille dans les archives, on se convaincra que je n’ai jamais figuré dans aucune affaire qui puisse me faire soupçonner d’avoir été l’instrument de telle ou telle personne, de tel ou tel parti173 ; mes maladies, effets de ma sensibilité, et les soupçons formés contre moi à cause du dîner avec Danton, m’en ont heureusement éloigné. Depuis le sacrifice de Desmoulins, je n’y ai paru que rarement et dans des occasions où le fauteuil n’était occupé que par un très-petit nombre d’accusés. Je n’ai jamais dénoncé ni fait incarcérer qui que ce soit. Je pourrais citer quelques personnes qui m’ont serré dans leurs bras, comme leur libérateur ; loin d’avoir participé aux forfaits des destructeurs de l’humanité, l’âme pénétrée d’indignation contre eux, je ne les ai plus vus qu’avec horreur.

Serais-je coupable d’avoir connu Robespierre, Barère, Billaud et compagnie, et me ferait-on un crime d’avoir su, sans le dévoiler, leur projet de décimer la convention nationale.

La convention nationale a aussi connu Robespierre ; elle lui a donné une grande confiance. Elle a contribué à l’erreur et à la crédulité communes.

Qui n’aurait pas mis de l’intérêt, peut-être de l’orgueil, à l’approcher, à lui donner un déjeuner frugal le jour de la fête à l’Être Surpême174?

Sous l’empire de Tibère, un Romain fut mis en jugement pour avoir eu des liaisons avec Séjan175. Je n’en eus jamais avec Robespierre ; le tyran n’était pas homme à liaison. Au surplus, je répondrais comme le républicain de Rome : « Lorsque vous élevez quelqu’un sur nos têtes, il ne nous appartient pas de juger de son mérite ni de vos motifs. Faites attention, non aux derniers jours de Séjan, mais aux temps antérieurs de sa puissance. On regardait comme un grand honneur d’en approcher. . . . . . . . Qu’on punisse les complots contre la république, mais non de simples liaisons. Notre intention était la même que la vôtre, et nous justifie également (1) ». Loin d’être complice des crimes des conspirateurs, on a vu qu’ils m’ont révolté, et que j’ai travaillé à les divulguer ; j’ai recueilli les noms de toutes les victimes pour ce but salutaire. J’ai dévoilé publiquement leurs projets par des indiscrétions affectées, même envers plusieurs députés. J’ai dû agir avec cette prudence, parce que les décemvirs, avec un prétexte de leur façon, m’auraient conduit à l’échafaud avant les proscrits. Dossonville176 n’en a pu faire disparaître le tableau, que parce qu’il avait connaissance du complot, et j’ai été arrêté précisément à cause que je le dévoilais. Si l’on n’eût pas été excité par ce motif, pourquoi m’aurait-on privé de la liberté ? S’il en eût été autrement, Billaud-Varennes, un des auteurs de la conspiration, aurait appliqué l’expression de scélérat que j’ai employée dans la société des jacobins au parti dont les décemvirs avaient résolu de se défaire. On ne m’aurait pas fait arrêter, par ce qu’on n’aurait conçu ni crainte ni soupçons.

(1) La fermeté de ce discours, ajoute l’historien, et la joie d’entendre exprimer ce que chacun pensait au fond de son cœur, firent une impression si vive, que les accusateurs de Térentius177, déjà coupables d’anciens délits, furent tous exilés ou mis à mort. Annales de Tacite, liv. VI t. II.

M’accuserait-on d’avoir eu le dessein d’entrer dans la conjuration de Robespierre et de la Commune, aux journées des 9 et 10 thermidor. J’étais dans les fers dès le 3, et ma conduite antérieure démontre ce que j’aurais fait.

Peut-on m’accuser sur l’incertitude de la part que j’aurais prise à des événements dans lesquels je n’ai pas figuré ? non, sans doute.

Objecterait-on la circonstance singulière que la commune de Paris178 a prononcé ma liberté.

Je réponds qu’il peut se faire que quelqu’un, sachant que je voyais quelquefois Robespierre, mais ignorant mes sentiments et ma conduite, ait pu conjecturer que j’entrerais dans son parti, et expédier un ordre de mise en liberté ? Le fait d’autrui peut-il me compromettre ? puis-je être responsable de l’opinion erronée que l’ignorance a pu former sur mes principes ?

Objecterait-on, enfin, qu’à la présentation de mon acte de liberté j’ai écrit de me rendre à la Commune ? Mais le désir de briser mes chaînes, le défaut de connaissance de ce qui se passait, la curiosité d’acquérir cette connaissance, l’idée que ce pouvait être une formule, le respect dû aux autorités constituées, tout a pu me déterminer à souscrire ce qu’on a voulu que je souscrivisse. Or, je le demande, y a-t-il un seul des détenus de la Force, qui, à ma place, n’en eût fait autant pour recouvrer sa liberté ?

L’enlèvement des complices de Robespierre par la force armée, sur les neuf heures du soir, 9 thermidor ; le silence gardé à mon égard, démontrent que les conjurés ne me croyaient point disposé à les favoriser. Je suppose que je fusse sorti, qui peut dire que je me serais réuni à la conspiration ? . . . Le tribunal révolutionnaire en a acquitté quarante qui s’y étaient réunis, c’est une preuve infaillible qu’il sait distinguer l’erreur du crime.

Oui, à mesure que je descends dans ma conscience et que je l’examine, je sens mon cœur soulagé, en me convainquant de plus en plus de mon innocence. Je le sens avec toute la force d’une âme neuve, qui a bien mérité, qui a eu le courage de faire son devoir179 ; je suis digne de la liberté et de la jouissance des dispositions douces, humaines, justes et républicaines avec lesquelles la convention va enfin assurer le bonheur des Français.

La détention d’un citoyen opprimé est une calamité publique180. Au printemps de mon âge, instruit par le malheur à me défier des hommes, je peux être utile. Je demande à l’être.

J’ai puisé dans mon éducation et ma vie entière des principes de probité, de morale et d’honnêteté. Jaloux de fixer sur mon compte l’opinion publique, je vais prouver succinctement, par quelques détails, que je ne suis point de ces aventuriers inconnus181 que le hasard seul favorise dans des temps orageux. Avant la révolution je finissais mes études à la ci-devant182université de Bourges. J’ai passé une partie de l’année 1789 à Blodeix183, chez un de mes oncles paternels184 chargé, par tutelle, de l’éducation de six orphelins185. J’étais l’aîné de ses pupilles. Un de mes frères est mort aux frontières en combattant les ennemis de la République186. Le plus jeune, le seul qui me reste, sert encore son pays, par les armes, dans un grade très-inférieur ; du moins j’aime à le croire, quoique depuis quatre mois je n’aie reçu de ses nouvelles. Notre père a quitté la vie à la fleur de son âge, nous laissant une fortune médiocre. Il était habile dans l’art de guérir187. Une lettre honnête, du principal du collège de Guéret, m’invite avec instance à accepter la place d’une des écoles inférieures188. Je cède à ses désirs. En 1791, époque où le serment des prêtres fit déserter les instituteurs des maisons d’éducation, les administrateurs du département de la Haute-Vienne me nommèrent professeur de seconde au collège de Limoges. Je fus installé au milieu des baïonnettes189. En 1792, je suis appelé à Saint-Gautier190, département de l’Indre, pour y professer la rhétorique191 ; enfin, passionné pour la révolution, et enclin pour les connaissances de la médecine, je suis venu à Paris prendre les leçons des plus habiles maîtres ; je me suis trouvé lié, par mes idées, par ma vie pure et sans tache, avec les hommes dont la Révolution a fait plus ou moins la célébrité. On ne verra dans tout ce que j’ai écrit autre chose qu’un amour brûlant de la patrie , et un attachement sans bornes aux principes philanthropiques ; (1) je suis muni des meilleures attestations ; j’ai emporté partout les regrets et l’estime des gens de bien.

(1) Que l’on consulte plusieurs manuscrits renfermés dans mon secrétaire, mon adresse au nom des sans-culottes méridionaux ; un petit ouvrage intitulé, De nos Maux et des remèdes qu’il faut y apporter, imprimé en frimaire l’an II192 ; un plan d’éducation républicaine dont la convention nationale a agréé l’hommage, le 10 décembre 1792193, par l’organe de Jean Bon Saint-André194, alors secrétaire ; mention honorable en a été décrétée.

Ô législateurs ! permettez à ma faible voix de s’élever jusqu’à vous195. Le malheur exerce l’âme, et c’est au fond des cachots que, revenue à la réalité des choses imparfaites du monde, elle découvre le vide et l’erreur de ces espérances abstraites d’une perfection chimérique, étrangère aux passions des hommes. Un peuple de vingt-cinq millions d’âmes vous a confié ses grandes destinées. Le sort de l’Europe est aussi dans vos mains par l’influence du Peuple français sur tous ses voisins. La postérité vous jugera196. Elle est sévère ; votre gloire ne doit pas vous être indifférente. Que de puissants motifs pour vous exciter à répondre dignement à cette confiance honorable et telle qu’il n’en est point de plus auguste ! Ah ! ce n’est pas assez d’avoir détruit tous les préjugés de l’orgueil, de la domination et de la superstition : ce n’est pas assez d’avoir humilié les rois de la terre en faisant tomber la tête de l’un d’eux sous la justice des peuples opprimés ; ce n’est pas assez d’avoir fait entrevoir à la nation française l’aurore de la liberté, de lui avoir promis l’égalité, de l’inviter à la fraternité197. Non, ce n’est pas assez d’avoir triomphé de ces nouveaux tyrans qui, sous le voile imposteur de l’amour de l’humanité, de la régénération sociale et du bonheur public, ne savaient que dépouiller, emprisonner, égorger, et croyaient régner comme la mort par la destruction198 ; ce n’est pas assez de guider des armées formidables, ni de forcer des peuples ennemis à recevoir la paix : toutes ces hautes merveilles s’évanouiraient si vous ne profitiez de vos triomphes pour affermir et consolider votre ouvrage.

Ralliez-vous au centre d’un système, politique, libre, sage et sans exagération ; cessez toutes ces divisions intestines qui déchirent votre sein et dont le spectacle scandaleux afflige, inquiète, et consterne le Peuple, en même temps qu’il fait la joie de ses ennemis et des vôtres ; suivez l’exemple des valeureux guerriers qui versent leur sang sous les drapeaux de la victoire ; prononcez hardiment le dogme du gouvernement robuste et sain qui convient à la nature de la République française, dégagé de toute domination exclusive sur la multitude, comme de la trop grande influence de celle-ci sur la sagesse et l’expérience. Organisez le gouvernement avec la stabilité salutaire de la distinction des pouvoirs, sans laquelle il n’y a ni liberté publique et individuelle, ni égalité même devant les lois, ni sûreté d’industrie et de propriété ; mais bien des défiances, des factions, des délations, des bastilles, des échafauds et des guerres civiles... L’histoire n’offre pas inutilement l’expérience des siècles. Les cinq années de révolutions que le Peuple vient de parcourir ne doivent non plus être une vaine expérience ; alors vous verrez finir d’elles-mêmes toutes les divisions, se réunir tous les partis. Ceux que le char révolutionnaire a effrayés et blessés dans sa marche rapide et violente, et qui en désirent le ralentissement ; ceux qui l’ont conduit et sauvé au travers des écueils avec la hardiesse sans laquelle il eût été renversé, et qui tremblent de le voir rétrograder, tous mettant leur félicité dans l’heureuse impossibilité d’exercer des vengeances alternatives, concourront enfin à la paix publique, en faisant renaître la circulation des subsistances, les arts, le commerce et les sciences et toutes les parties vivifiantes d’un état vraiment libre et florissant.

De la Force, ce 15 vendémiaire199, l’an troisième de la République une et indivisible200.

 
1.
Bertrand Barère, né le 10 septembre 1755 et mort le 13 janvier 1841, était un homme politique et juriste qui s’était rallié à Robespierre jusqu’à ce que ce dernier se fasse arrêter. On ne sait toujours pas précisément le rôle qu’il tenait lors du complot du 9 thermidor. C’était l’un des plus grands orateurs de la Révolution. Vilate l’accuse de former un « triumvirat » avec Billaud-Varenne et Collot-d’Herbois.
Ce discours a été prononcé le 14 thermidor (1 er  août 1794), c’est-à-dire après la chute de Robespierre, où Barère s’est présenté comme anti-robespierriste. Vilate cite Barère afin de justifier son droit à la liberté d’expression, ainsi que son mépris de la censure. Mais on verra par la suite qu’il donne à cette citation une connotation péjorative dans son texte : il accuse en effet Barère de changer très vite d’opinion, le comparant à Protée qui se métamorphose et le rendant ainsi tout aussi coupable que d’autres membres du gouvernement de la Terreur. Source : Journal des débats et des décrets , 14 thermidor an II.
2.
Jean-Lambert Tallien, né le 23 janvier 1767 et mort le 16 novembre 1820, était un clerc de notaire, journaliste et révolutionnaire français. Député à la Convention il est l’un des principaux artisans de la chute de Robespierre. Il entre au Comité de salut public après le 9 thermidor.
3.
Vilate introduit son texte en le présentant comme l’accomplissement d’un devoir pour le peuple dont il cherche l’approbation. Il s’adresse au peuple à de multiples reprises dans le texte.
4.
Le tribunal révolutionnaire est créé le 10 mars 1793 dans l’objectif d’éviter que les massacres survenus en septembre 1792 ne se reproduisent. C’est un tribunal à dessein politique où les accusés ne peuvent pas faire appel.
5.
Vilate se présente comme un bon révolutionnaire : il veut en effet montrer qu’il est militant non pas de la Terreur mais bien des premières valeurs qui ont poussé le peuple à se révolter.
6.
Séïde est l’un des personnages de Voltaire dans la pièce de théâtre Le Fanatisme, ou Mahomet le prophète (1736). Il est inspiré de Zayd ibn Harithah, esclave affranchi et fils adoptif de Mahomet. Ce personnage est caractérisé par son aveuglement.
7.
Mahomet : autre personnage de la pièce de Voltaire Le Fanatisme, ou Mahomet le prophète . Dans la pièce, Mahomet se sert de la religion à des fins politiques. L’auteur dénonce le fanatisme et l’intégrisme religieux. Voltaire vise l’intolérance de l’Église catholique.
8.
Autre personnage de la pièce Le Fanatisme, ou Mahomet le prophète de Voltaire. Omar est sous les ordres de Mahomet. Il fera arrêter Séïde pour le meurtre de Zopire, tout en sachant pertinemment que c’était Mahomet qui avait ordonné l’assassinat. Zopire voyait en Mahomet la cause de la guerre. Mahomet était en réalité jaloux de Séïde, amoureux de Palmire. 
9.
En écrivant cet ouvrage, Vilate espérait en réalité obtenir sa libération.
10.
Il ne donne pas sa date de naissance précise. Il est né le 9 octobre 1767. Source :  http://data.bnf.fr/12536199/joachim_vilate/ .
11.
Vilate prétend ici être prédisposé depuis toujours à être un bon révolutionnaire. En effet, il loue les valeurs fondamentales de la Révolution et les fait devenir siennes.
12.
Vilate valorise son éducation, et notamment son apprentissage de l’Histoire. Il définit même celui-ci comme stimulateur intellectuel de son activisme politique.
13.
Citation extraite de l’ode à Monsieur sur son voyage en Piémont de Nicolas Gilbert publiée en 1776. Elle fait référence à la ville de Rome.
14.
Volney écrit Les Ruines ou Méditation sur les révolutions des empires en 1791. Il veut dégager la « leçon des ruines » en prenant pour prétexte les ruines antiques pour soutenir le rêve d’un progrès de l’humanité. Il critique l’homme qui méconnaît sa nature propre et qui n’a pas l’intelligence des lois qui le régissent. Cette méconnaissance conduit à la ruine des empires.
15.
Les Jacobins sont un club qui propose des assemblées ouvertes et constitue un groupe de pression. La chute de Robespierre entraîne la dissolution du club en novembre 1794.
16.
Claude Alexandre Ysabeau, né le 14 juillet 1754 à Glen et mort le 31 mars 1831 à Paris, était un prêtre, professeur, curé et député à la Convention. Il réprima avec Jean-Lambert Tallien la révolte fédéraliste de Bordeaux.
17.
Étienne Neveu, né le 20 mars 1755 et mort le 18 octobre 1830 à Mauléon. Il siégeait parmi les modérés à la Convention et n’a pas eu de rôle très important lors de la Révolution.
18.
Adresse de Sempronius-Gracchus Vilate, à la Convention nationale, au nom de tous les sans-culottes méridionaux. Imprimée par ordre du Comité de salut public de la Convention nationale , Paris, Imprimerie patriotique et républicaine, 10 pages. Source :  http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6259211b .
19.
De Nos maux et des remèdes qu’il faut y apporter , par S.-G. Vilate, 6 septembre 1793, l’an II de la République française. Imprimé par ordre du Comité de salut public de la Convention nationale, Paris, Imprimerie nationale, 1793, 9 pages.
20.
Marie-Jean Hérault de Séchelles, né à Paris le 20 septembre 1759 et guillotiné à Paris le 5 avril 1794, était un homme politique français et député à la Convention, proche de Danton. Il contribua à la formation du premier tribunal révolutionnaire. Il fut aussi l’un des principaux rédacteurs de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1793.
21.
Georges Couthon, né le 22 décembre 1755 et guillotiné le 28 juillet 1794 à Paris, était un avocat, homme politique et révolutionnaire français. Il fut accusé avec Maximilien de Robespierre et Louis Antoine de Saint-Just de former un « triumvirat » dictatorial et exécuté en même temps qu’eux.
22.
Plusieurs comités du gouvernement révolutionnaire étaient installés au pavillon de Flore, notamment le Comité de salut public dont faisait partie Robespierre.
23.
Hyperbole désignant le peuple français.
24.
C’est-à-dire, dans l’histoire romaine, le passage de la monarchie à la république. Vers 510-506 avant J.-C. Junius Brutus contraint Tarquin le Superbe à l’exil et fonde la République romaine.
25.
Autre référence à la fin du règne des Tarquins. Les Tarquins dominent Rome avant la République, de 616 à 509 avant J.-C. Le fils de Tarquin le Superbe, abuse d’une femme mariée, Lucrèce, épouse d’un dignitaire romain. Elle demande à son mari, Tarquin Collatin, ainsi qu’à son père, de venger son honneur avant qu’elle ne mette fin à ses jours. Les deux hommes, tous deux parents de Tarquin le Superbe, le renversent et instaurent la République. Vilate fait ici un parallèle avec le 10 août 1792, jour de la prise des Tuileries qui est le château du roi à Paris. Celui-ci est emprisonné et le peuple envahit le château. C’est ce jour-là que la rupture politique est la plus importante et la plus marquante car c’est à ce moment-là que les institutions nées des États généraux ne peuvent plus exister et que l’Assemblée se dissout.
26.
Le mot façon ne signifie pas la même chose qu’ajourd’hui. Barère lui demande ici si la brochure a été réalisée par lui-même.
27.
Début de la scène V du premier acte de Le Fanatisme, ou Mahomet de Voltaire. La réplique est tronquée et ne contient ni son début ni sa fin.
28.
Minos et Numa, rois mythiques auxquels les légendes lient une appartenance divine, respectivement de la Crète et de Rome.
29.
Dans la pièce de Voltaire, Zopire répond à Mahomet qu’il « ravage le monde en prétendant l’instruire », qu’il souhaite « changer la face de la Terre à son gré » en l’éclairant de quelques « affreux flambeaux ».
30.
Tiberius Sempronius Gracchus : homme politique romain, célèbre pour son engagement en faveur de la plèbe et pour sa défense de mesures révolutionnaires.
31.
Vilate est gêné parce que Tiberius Gracchus était avec son frère l’instigateur de tentatives de réformes du système agraire romain. Au moment où il écrit son texte, Vilate prétend qu’il est opposé à de telles réformes.
32.
Robespierre fait ici référence au De officiis , ou Traité des devoirs , de Cicéron (44 avant J.-C.). Dans ce texte, Cicéron critique les projets de réformes des Gracques, Tiberius Gracchus et Caïus Gracchus.
33.
Jean-Marie Collot d’Herbois, né le 19 juin 1749 et mort le 8 juin 1796, était un comédien et dramaturge qui fut élu en 1792, député de la Convention où il appuya toutes les mesures de la Terreur. Il est aussi membre du Comité du salut public de 1793 à 1794 et président à la Convention en juillet 1794. Il contribue à la chute de Robespierre, mais est déporté en Guyane après l’insurrection du 12 germinal le  1 er  avril 1795.
34.
Jean-Nicolas Billaud-Varennes, né le 23 juillet 1756 et mort le 3 juin 1819, était l’un des grands orateurs du club des Jacobins au début de la Révolution. Il est élu par Paris à la Convention avec les principaux chefs de la Montagne tels que Robespierre, Danton et Marat.
35.
Robert, chef des brigands est un drame de Jean-Henri Ferdinand de la Martelière mis en scène en 1793 et adapté d’une pièce du dramaturge allemand Schiller. Il fait controverse à cause de la présence de brigands sur scène et de l’éloge qui est fait de ces personnages, volontairement présentés comme de plus haute morale que les dirigeants de la société. Voir Philippe Bourdin, « Le brigand caché derrière les trétaux de la révolution. Traductions et trahisons d’auteurs », Annales historiques de la Révolution française [En ligne], 364 - avril-juin 2011, mis en ligne le  1 er  juin 2014. Source : http://ahrf.revues.org/12020 .
36.
Le procès de Marie-Antoinette a lieu le 15 octobre 1793 et elle est exécutée le lendemain, le 16 octobre. C’est donc ce jour-là que Vilate dîne avec Saint-Just et Robespierre.
37.
Louis Antoine de Saint-Just, né le 25 août 1767 et mort guillotiné le 28 juillet 1794 (le 10 thermidor), était un homme politique français. Il faisait partie des Montagnards à la Convention nationale. Il fut un grand soutien pour Robespierre, et fut entraîné dans sa chute.
38.
Surnom donné à Marie-Antoinette.
39.
Jacques-René Hébert, né le 15 novembre 1757 et mort le 24 mars 1794, est l’un des plus célèbres journalistes de la Révolution française. Il fut président du club des Cordeliers. Il participa à la chute des Girondins par son journal Le Père Duchesne . Il critiqua les robespierristes en 1794 ce qui entraîna son arrestation et son exécution.
40.
Messaline : troisième épouse de l’empereur romain Claude, et mère de Britannicus, elle est connue pour sa vie de débauche.
41.
Agrippine : quatrième épouse de Claude, elle sera assassinée par ordre de son fils unique Néron.
42.
Circé : magicienne, dans L’Odyssée d’Homère. Elle transforme les compagnons d’Ulysse en cochons en leur faisant boire le contenu de la coupe. Vilate établit une comparaison entre le vin qui l’enivre jusqu’à lui donner une foi et une confiance illusoire dans la Révolution, et la coupe de Circé qui a constitué une véritable illusion pour les compagnons d’Ulysse, et qui les a piégés.
43.
Il n’existe aucune preuve que Saint-Just ait véritablement prononcé cette phrase. Elle n’apparaît dans aucun des textes dont il est l’auteur et elle exagère jusqu’à la caricature des propos qu’il a vraiment tenus. Elle est pourtant l’une des citations les plus souvent attribuées à Saint-Just, ce qui montre l’influence qu’a pu avoir le texte de Vilate.
44.
Honoré-Gabriel Riqueti de Mirabeau, né le 9 mars 1749 et mort le 2 avril 1791 était un écrivain, un diplomate, un révolutionnaire français. On découvrit après sa mort qu’il était en réalité en contact avec la cour et le roi, à qui il transmettait des informations.
45.
Le nom complet de l’ouvrage est Histoire philosophique et politique des établissements et du commerce des Européens dans les deux Indes et celui-ci a été publié en 1770, L’abbé Raynal y établit une vue d’ensemble critique du colonialisme français sous l’Ancien Régime, dans ce qu’il appelle les « Indes », reprenant ainsi le terme employé dans le nom de la « Compagnie française des Indes orientales », pionnière dans le colonialisme européen.
46.
Référence à l’accord passé entre Marc Antoine, Octave et Lépide en -43 scellant le second « triumvirat » par le partage du monde romain. Le lieu où cet accord aurait été scellé varie selon les historiens. Certains le placent sur l’île de la rivière de Panare, près de Modène, tandis que d’autres le situent sur le fleuve de Reno, près de Bologne.
47.
« Qui enseigne l’art de bien dire. Aujourd’hui, Rhéteur ne se dit guère qu’en mauvaise part, en parlant d’Un homme dont toute l’éloquence consiste dans une sèche pratique de l’art. » (Dictionnaire de l’Académie)
48.
C’est celui de Bertrand Barère, qui se faisait appeler Barère de Vieuzac avant la Révolution.
49.
Marc Guillaume Alexis Vadier, né le 17 juillet 1736 et mort le 14 décembre 1828, était député aux États généraux en 1789 et siégeait avec les constitutionnels à l’Assemblée constituante. C’est un Montagnard. Membre du Comité de sûreté générale à partir de septembre 1793, il prit position contre Robespierre. Après le 9 thermidor, il est condamné à la déportation, mais parvient à se cacher.
50.
Jean Henri Voulland, né le 11 octobre 1751 et mort le 12 février 1801, était un homme politique français. Il fait partie des Montagnards qui votèrent la mort du roi. Il était membre de la Convention et du Comité de sûreté générale.
51.
Antoine Dupin, né vers 1758 et mort vers 1829, était un conventionnel. Il est lié avec les Montagnards mais cela ne l’empêche pas d’être parfois en accord avec les Girondins. Pour se soustraire aux soupçons d’incivisme, il fréquenta la société des Jacobins.
52.
Allées couvertes par une haie taillée en topiaire constituée de charmes, sous lesquelles on avait pour habitude à l’époque de se promener.
53.
Joseph-Pierre-Marie Fayau des Brétinières, né le 25 mars 1766 et mort lors du 8 germinal an VII, soit le 28 mars 1796, était un député montagnard et révolutionnaire français.
54.
Vulcain, dans la mythologie romaine, est le dieu du feu, de la forge et des volcans. Il est connu pour avoir été si laid et difforme à la naissance que sa mère, Junon, honteuse, l’a jeté à la mer. Il était également le mari trompé de Vénus (déesse de l’amour).
55.
Vilate insiste sur l’aspect pathétique de sa désillusion : il est seul, isolé, en opposition avec ceux qu’il admirait autrefois. Plus loin il écrit : « Le moral trop affecté de tant de ravages, de tant de désastres, je tombai dangereusement malade ».
56.
Marie-Antoinette.
57.
Le petit Trianon désigne un château d’agrément situé à l’écart de Versailles ayant été offert par Louis XVI à sa femme en 1774.
58.
Dans le calendrier républicain, chaque mois est divisé en trois décades (comparables à nos actuelles semaines mais comportant 10 jours), et le quintidi est le cinquième jour de la décade.
59.
Désigne les habitants de « Sybaris », ville de la Grande Grèce dont les habitants sont réputés être le peuple le plus corrompu et le plus amolli de l’Antiquité. Par extension, désigne ceux qui sont mous, efféminés et corrompus par les plaisirs de la luxure.
60.
Vilate emploie régulièrement la métaphore théâtrale dans son récit.
61.
Collot est comparé à un mime dans l’Antiquité romaine, synonyme de bouffon, mauvais comédien.
62.
Violentes attaques au canon ou à la mitraille. Lyon fut particulièrement touchée par ces cannonades pendant la Terreur révolutionnaire en 1793.
63.
Groupe fondé autour d’Hébert.
64.
Jean-Baptiste Gobel, né le 1 er  septembre 1727 et mort le 13 avril 1794, était un prélat et un évêque constitutionnel pendant la Révolution. Proche d’Hébert, il renonça à la prêtrise et fut accusé d’athéisme par le Comité de salut public.
65.
Pierre-Gaspard Chaumette, né le 24 mai 1763 et mort le 13 avril 1794, était procureur de Paris durant la Révolution française. Il fut guillotiné avec les hébertistes.
66.
Le chancre est une maladie affectant les végétaux.
67.
Les noyades de la Loire, dites noyades de Nantes, sont un épisode de la Terreur pendant lequel des milliers de personnes suspectes aux yeux de la République, souvent des vendéens et des clercs, ont été noyées.
68.
Dans la mythologie grecque Jason est célèbre pour sa relation avec la magicienne Médée. Lorsque le roi Pélias refuse de rendre le trône à Jason, après la conquête de la toison d’or, Médée fait croire aux filles de celui-ci qu’elles peuvent le rajeunir dans un chaudron d’eau bouillante. Il en meurt. Sans doute ici Vilate s’appuie sur cette référence mythologique afin de montrer avec ironie le désastre vers lequel s’engouffre la révolution agrairienne en France, qui prétend régénérer en détruisant mais qui conduit avant tout à la ruine du pays car elle procède à une destruction.
69.
Référence aux paroles de la chanson révolutionnaire « La Carmagnole » : « Que faut-il au républicain ? Du fer, du plomb et puis du pain / Du fer pour travailler, / Du plomb pour se venger. / Et du pain pour nos frères !. »
70.
Jean-François Barailon, né le 12 janvier 1743 et mort le 14 mars 1816, était un politique français, médecin avant la Révolution française de 1789, puis député à la Convention nationale à partir de 1792 qui fut le premier à dénoncer Robespierre.
71.
Vilate parle des massacres de Septembre, une suite d’exécutions qui ont eu lieu début septembre 1792, à Paris, Orléans et Versailles suite à un contexte de panique face aux rumeurs de complots et de l’invasion prussienne.
72.
Vilate parle ici du complot des hébertistes.
32.
Camille Desmoulins, né le 2 mars 1760 et mort le 5 avril 1794, était un avocat, journaliste et révolutionnaire. Il siégea à la Convention aux côtés des Montagnards puis prit ses distances après la condamnation des Girondins. Il fut accusé d’être dantoniste et fut guillotiné avec les autres dantonistes.
74.
Georges Jacques Danton, né le 28 octobre 1759 et mort le 5 avril 1594, était un avocat au Conseil du roi, un homme politique français et ministre de la justice. Il était le fondateur du club des Cordeliers. Il siégea aux côtés des Montagnards à la Convention. Il fut éliminé du Comité du salut public en 1793. Il est arrêté le 30 mars 1794.
75.
Jacques Alexis Thuriot, né le 1 er  mai 1753 et mort le 20 juin 1829, était un avocat au barreau de Paris, il fut désigné par la Marne pour siéger à la Convention où il vota la mort du roi. Il entra au Comité de salut public le 10 juillet 1793 pour le quitter le 20 septembre de la même année, après s’être opposé à Robespierre. Après thermidor, il entra de nouveau au Comité de salut public.
76.
Louis Legendre, né le 22 mai 1752 et mort le 13 décembre 1797, était un député à la Convention. Il était partisan d’une union entre les Girondins et les Montagnards.
77.
Jacques Brival, né le 14 février 1751 et mort le 8 octobre 1820, était un magistrat et homme politique français.
78.
Il s’agit du 31 mai 1793, jour où les Montagnards ont renversé les Girondins.
79.
En Angleterre, le parlement est divisé en deux chambres : celle des Communes du Royaume-Uni et celle des Lords.
80.
Sébastien Lacroix, mort guillotiné le 13 avril 1794, était un homme politique français qui fut nommé au Tribunal révolutionnaire. Il est guillotiné comme hébertiste.
81.
Journal révolutionnaire rédigé par Camille Desmoulins entre décembre 1793 et janvier 1794.
82.
Les modérés, parmi lesquels Danton et Desmoulins.
83.
Sa femme est Lucile Desmoulins, guillotinée huit jours après son mari.
84.
Cette phrase, fréquemment citée à cette période, est attribuée au grand orateur révolutionnaire girondin Pierre Vergniaud (1767-1795). Elle est attribuée par Georg Büchner à Danton dans La Mort de Danton (1835).
85.
Il s’agit de Camille Desmoulins.
86.
Actuel Palais-Royal, il est le lieu où ont commencé les manifestations qui ont conduit à la prise de la Bastille.
87.
Tribunal révolutionnaire ayant officié en 1794 (an II), la Commission d’Orange avait pour rôle de juger les « ennemis de la Révolution » trouvés sur les territoires du Vaucluse et des Bouches-du-Rhône.
88.
Louis Marie Stanislas Fréron, né le 17 août 1754 et mort le 15 juillet 1802, était un journaliste et conventionnel français. Il fut l’instigateur de la répression de Toulon de 1793. Il siégea à la Montagne et fut élu à la Convention en 1792.
89.
Les Euménides ou Erinyes correspondent, dans la mythologie grecque, aux déesses de la vengeance.
90.
Antoine Quentin Fouquier-Tinville, né en 1746 et mort guillotiné le 7 mai 1795, fut nommé en mars 1793 accusateur public au Tribunal révolutionnaire. Il devint le pourvoyeur de la guillotine d’avril 1793 à juillet 1794. Il envoya Marie-Antoinette, les Girondins, les Hébertistes et les Dantonistes à la guillotine.
91.
La loi du 22 prairial an II (10 juin 1794), initiée par Couthon et Robespierre, consistait d’une part à réduire les possibilités de décision du Tribunal révolutionnaire au choix entre l’acquittement et la condamnation à mort et d’autre part à supprimer toutes les garanties habituelles de la justice pour les accusés (interrogatoire, audience, droit à un avocat, audition d’un témoin etc.)
92.
Vilate ironise puisqu’il fait directement référence aux Comités de salut public et de sureté générale en les mettant face aux horreurs commises en leur nom.
93.
Le dogme de l’être suprême est un concept découlant directement du mouvement déiste théorisé par Rousseau et Voltaire, dont s’inspirait Robespierre. Il admet l’existence d’un être suprême, créateur s’assurant du bon fonctionnement de l’univers.
94.
Jean-Nicolas Corvisart-Desmarets, né le 15 février 1755 et mort le 18 septembre 1821, était un médecin clinicien français.
95.
Membre d’un décemvirat, une assemblée dirigeante composée de dix personnes. À Rome, les décemvirats sont des collèges aux rôles juridiques, législatifs et religieux.
96.
Citation tirée de L’Esprit des Lois , ouvrage de Montesquieu (chapitre XV, livre VI) paru en 1758. Ce dernier s’etonne du fait que des personnes qualifiées, nommées pour leurs « connaissance des affaires civiles » dans cette période de crise qu’est le décemvirat, aient pu abuser de leur position, transformant ainsi ce qui au départ se revendiquait comme une république en une tyrannie digne de Tarquin.
97.
Cécile Renault, née en 1774 et morte le 17 juin 1794, était une jeune femme qui fut guillotinée sous la Terreur, accusée d’avoir voulu assassiner Robespierre. Elle fut exécutée avec son père, son frère et sa tante.
98.
Vilate fait ici référence aux paroles de Renault lors de son procès, où elle a déclaré être allée chez lui pour « voir comment était fait un tyran ».
99.
Marcus Junius Brutus (85 avant J.-C. - 42 avant J.-C.) est un sénateur romain. Fils adoptif de Jules César, il participe à l’assassinat de son père.
100.
Verginia (Virginie, v e siècle avant J.-C.) : jeune plébéienne, fille de Virginius. Appius Claudius s’éprit d’elle et voulut la livrer comme esclave à un de ses affranchis. Le père de Virginie en fut averti et l’en empêcha en poignardant sa fille pour qu’elle ne connaisse pas l’opprobre. C’est cet événement qui causa le soulèvement du peuple contre le pouvoir absolu en abolissant le décemvirat en -449.
101.
Bien que Robespierre soit décidé à déchristianiser le peuple français, son idéal rousseauiste le pousse à conserver des références à la fois morales et religieuses. C’est donc à son initiative que l’assemblée révolutionnaire introduit le 8 mai 1794 (20 prairial) le culte de l’Être Suprême (divinité sans nom et sans visage).
102.
Claude-Antoine Prieur-Duvernois, né le 22 septembre 1763 et mort le 11 août 1732, fut élu à la législative puis à la Convention par le département de la Côte d’Or. Il entra au Comité de salut public le 14 août 1793. Il siégea au conseil des Cinq-Cents jusqu’en 1798 puis se retira de la vie politique.
103.
Lazare Carnot, né le 13 mai 1753 et mort le 2 août 1823, était un mathématicien, physicien, général et homme politique, il fut membre de la Convention nationale et du Comité de salut public.
104.
Selon Jean-Clément Martin, dans son ouvrage Robespierre, la fabrication d’un monstre , la fête n’a pas été bénéfique à Robespierre. L’excès de symbole et protocole a suscité de nombreux ricanements dans la foule.
105.
C’est la première fois qu’il critique Robespierre avec une vraie violence verbale. C’est à partir de ce moment que le texte prend une véritable tournure critique.
106.
Maximilien Robespierre. Cet usage du prénom seulement peut être un témoignage de la proximité de ce dernier avec l’auteur, Vilate.
107.
Pierre Antoine Antonelle, né le 17 juin 1747 et mort le 26 novembre 1817, était un officier, journaliste et homme politique français. Il était membre du club des Jacobins.
108.
Antoine Nicolas Collier dit Lamalière, né le 3 décembre 1745 et mort guillotiné le 27 novembre 1793, était un général de la Révolution française. Il a été condamné à mort par le Tribunal révolutionnaire, présidé par Fouquier, son cousin.
109.
Jean-Charles Laveaux, dit Jean-Charles Thibault de Laveaux, né le 17 novembre 1749 et mort le 15 mars 1827, était rédacteur en chef du Journal de la Montagne pendant la Terreur.
110.
Pâris, dit Fabricius fut une personnalité de la Révolution française. En 1793, il devint greffier au Tribunal révolutionnaire et il conserva sa place au tribunal thermidorien. Dates de naissance et de mort inconnues.
111.
Alexandre-Louis Lachevardière, né en 1765 et mort le 15 octobre 1828, était un homme politique français. Il était membre du club des Jacobins.
112.
Martial Herman, né le 29 août 1759 et mort guillotiné le 7 mai 1795, était un homme politique français. Il fut président au tribunal révolutionnaire. Il jugea Danton et Marie-Antoinette. Il est guillotiné le même jour que Fouquier, Vilate, Renaudin et Châtelet notamment.
113.
Claude Louis Châtelet, né en 1753 et mort le 7 mai 1795, était un peintre, dessinateur et graveur, membre du Tribunal révolutionnaire.
114.
Le piano-forte est le successeur du clavecin, l’ancêtre du piano et le premier instrument à cordes frappées, un instrument relativement moderne à l’époque.
115.
« Petit maître, homme qui affecte l’élégance dans ses vêtements, en souvenir du nom donné en 1793 aux royalistes qui affectaient une mise recherchée et dont le musc était le parfum préféré » (Dictionnaire de L’Académie française, 8 e  édition, 1935).
116.
Léopold Renaudin, né le 11 mars 1749 et mort le 7 mai 1795, avait pour réputation d’être le juré le plus dur du Tribunal révolutionnaire. Jugé en même temps que Fouquier-Tinville, lors du procès, il se défendit, comme la plupart des accusés, en se plaçant derrière la rigueur de la loi, et affirma : « À cette époque, tout le monde aurait voté comme nous ». Condamné à mort le 17 floréal an III, il fut guillotiné le 7 mai 1795.
117.
10 juin 1794. Loi rédigée par Robespierre, où se fait une réorganisation du Tribunal révolutionnaire. Celle-ci prive les accusés du droit de défense et de recours.
118.
La fournée désigne les accusés envoyés sur l’échafaud.
119.
Début du mois de juillet.
120.
À partir de messidor, Billaud-Varennes s’oppose à Robespierre, ce qui crée une grande tension entre les partisans de Robespierre et Billaud-Varennes. Les partisans de Robespierre lui reprocheront d’avoir largement œuvré à son exécution. Mais il sera aussi perçu par d’autres comme un complice de Robespierre. Barère, notamment, aura une position ambiguë à son égard.
121.
Marc Claude Naulin, né en 1743 dont la date de décès est inconnue, était substitut de l’accusateur public au Tribunal révolutionnaire, puis vice-président de ce tribunal. Il fut arrêté et comparut devant le Tribunal révolutionnaire avec Fouquier-Tinville et ses collègues le 7 mai 1795, mais fut acquitté.
122.
Armand Jospeh Guffroy, né le 10 novembre 1742 et mort le 9 février 1801, était un homme de loi. Il fut exclu du club des Jacobins et attaqua violemment Robespierre.
123.
Joseph Stanislas François Xavier Alexis Rovère de Fontvielle, né le 16 juillet 1748 et mort le 11 septembre 1798, fut le premier député du Vaucluse à la Convention. C’était un opposant de Robespierre.
124.
Laurent Lecointre, né le 1 er  février 1742 et mort le 4 août 1805, faisait partie de la Convention.
125.
Étienne Jean Panis, né le 7 février 1757 et mort le 22 août 1832, était un révolutionnaire. Il fut exclu du Comité de sûreté générale. C’était un protégé de Barère.
126.
Pierre-Joseph Cambon, né le 10 juin 1756 et mort le 15 février 1820, était un négociant en toiles. Il siégea à la Convention en tant que député de L’Hérault. Il joua un rôle important dans la chute de Robespierre.
127.
François-Louis Bourdon, né le 11 juillet 1758 et mort le 22 juin 1798, était un député à la Convention. Il contribua à la chute de Robespierre.
128.
Jean-Jacques Duval d’Eprémesnil, né le 5 décembre 1745 et mort le 22 avril 1794, était un magistrat et pamphlétaire.
129.
François Xavier Audouin, né le 18 avril 1765 et mort le 23 juillet 1837, était un homme d’église. Il abandonna la prêtrise et intégra le club des Jacobins.
130.
Louis Jean Joseph Léonard Bourbon de la Crosnière, né le 6 novembre 1754 et mort le 29 mai 1807, était un éducateur et révolutionnaire. Il participa à la prise de la Bastille, puis siégea à la Commune de Paris.
131.
Le 31 mai 1793 fut une journée d’insurrection, où le peuple de Paris s’est soulevé contre les Girondins.
132.
Vilate soupçonne que l’origine de sa dénonciation se trouve dans cet entretien avec Brival.
133.
Chargé de la police politique, le comité de sûreté générale établit la liste des suspects. Vilate est dénoncé par Billaud-Varennes et arrêté le 21 juillet 1794.
134.
Vilate suggère qu’il a été arrêté parce que Barère, Vadier et Billaud-Varennes ont compris qu’il voulait les empêcher de maintenir un climat de terreur.
135.
Description particulièrement théâtrale de sa dispute avec Billaud-Varennes.
136.
Pierre Louis Bentabolle, né le 1 er  juillet 1753 et mort le 22 avril 1798 était un révolutionnaire français. Il fut élu en 1792 à la Convention pour le Bas-Rhun.
137.
Jean Baptiste Dossonville, né le 1 er  janvier 1753 et mort en 1833, était un policier français et agent provocateur. C’était un membre de la police politique du Comité de sûreté générale.
138.
Initialement un hôtel particulier, il a été transformé en prison et a servi pour toute la ville de Paris de 1780 à 1845.
139.
Appius Claudius Sabinus, homme politique romain, a présidé un collège de décemvirs en 450-449 avant J.-C. et il s’est maintenu illégalement au pouvoir.
140.
De l’Esprit des lois est une œuvre de Montesquieu. Vilate en cite un extrait plus haut dans le texte.
141.
Dans une déclaration reprise par les journaux français, le duc d’York avait qualifié Robespierre de « roi de France et de Navarre ». Voir Jean-Clément Martin, Robespierre, la fabrication d’un monstre , p. 284.
142.
Jean-Louis Marie Villain D’Aubigny, né en 1754 et mort le 1 er septembre 1804, était un homme de loi. Ami de Danton, il faisait partie dès le début des adhérents du club des Jacobins.
143.
Joseph Lebon, né le 25 septembre 1765 et mort le 10 octobre 1795, était un révolutionnaire français. En 1793 il siégea à la Montagne. Le 14 septembre de la même année, il fut élu au comité de sûreté générale. Il se trouvait au côté de Le Bas qui se trouve être un des fidèles de Robespierre.
144.
Les « Gracques » est le nom donné aux deux frères romains Tiberius Gracchhus et Caius Gracchus, hommes d’État qui ont tenté de réformer le système social romain. Tiberius soumet une proposition de loi agraire qui prévoit la limitation au droit de possessio individuelle et la redistribution aux citoyens pauvres des terres récupérées. Caius cherche à diminuer les pouvoirs du Sénat romain et à accroître ceux des comices pour relever la République. Ils sont connus pour avoir déclenché une vague de violence à Rome à cause des divergences politiques.
145.
Le pouvoir de Robespierre est jugé aussi sanglant pour Vilate que le pouvoir de Sylla qui fut un dictateur romain à l’origine du triomphe des optimates sur les populares de son opposant, Marius.
146.
Mots prononcés par Sylla à son abdication. Ici Vilate oppose la dignité avec laquelle un dictateur romain quitte le pouvoir à l’obstination de Robespierre.
147.
Sous la Rome antique, les triumvirs sont les membres d’un collège de trois ( tres ) hommes ( viri ), fonctionnaires ou de commissaires, tels que les triumvirs monétaires, capitaux, ou épulons. Par la suite, ce nom est donné à certains personnages politiques qui s’associent pour gouverner, formant ainsi un triumvirat.
148.
Les derniers jours avant la chute de Robespierre.
149.
Vilate quitte la continuité narrative pour s’adresser directement à Billaud via cette deuxième personne du singulier « tu » qui a un sens accusateur. Il cherche à se démarquer de ces personnes pour se dédouaner.
150.
Le décret qui permettait au Comité de salut public de faire arrêter des députés de la Convention. Fréron a proposé de l’abroger. Billaud s’y est opposé.
151.
Vilate fait la liste des pires empereurs, pour dénoncer la situation politique du Sénat sous l’Empire romain. L’institution caractéristique de la République avait été maintenue sous l’Empire pour sauver les apparences, mais elle n’avait plus aucun pouvoir réel.
152.
Pouvoir illégal, arrangement entre trois personnages puissants qui veulent confisquer le pouvoir.
153.
Divinité marine de l’antiquité grecque, capable de changer de forme à volonté.
154.
Vilate dénonce une partie des révolutionnaires qu’il considère comme opportunistes.
155.
Quarante jours.
156.
Après plusieurs accusations le visant, Robespierre cessa d’aller aux réunions du Comité, jusqu’au 5 thermidor (23 juillet).
157.
C’est une formule péjorative visant le Comité de salut public : le décemvirat est à voir ici comme un pouvoir dictatorial exercé par dix personnes.
158.
Cette notion de voile lugubre a été évoquée auparavant par le poète anglais John Milton dans sa célèbre œuvre Le Paradis Perdu (livre V - 1667) :  « car la nuit ne l’attriste jamais de son voile lugubre ».
159.
La Force était une prison qui servit à la ville de Paris entre 1780 et 1845. Dans les années 1770, les prisons européennes étaient connues pour l’insalubrité et la surpopulation qui y régnaient. La Force se démarque alors, dès son ouverture, par sa modernité. John Howard, réformateur anglais qui visita la prison en 1783, déclara qu’elle était « fondée sur ce principe, qu’il est injuste que ceux qui peuvent être innocents, subissent d’avance le châtiment des coupables ».
160.
Vilate siégeait au Tribunal révolutionnaire : juridiction, qui, en trois ans d’activité, a condamné plus de deux mille personnes à mort.
161.
Référence aux nombreux événements qui se sont déroulés du 8 au 10 thermidor, participant à la chute de Robespierre.
162.
Vilate veut ici mettre en avant le fait que les victimes des révolutionnaires, les prisonniers, sont les plus fervents républicains. Il fait attention à se compter parmi eux pour montrer qu’il n’était pas avec Robespierre.
163.
Pour remercier Vilate de ses rapports de mission, le Comité de salut public le loge aux Tuileries, dans le pavillon de Flore.
164.
Le 9 thermidor, aux alentours de 17h, l’arrestation de Robespierre est rendue publique. La Commune fait alors sonner le tocsin (sonnerie de cloches) pour rassembler et pousser les patriotes à l’insurrection.
165.
Du latin médiéval affidare qui signifie « jurer fidélité à ». Ici cet adjectif désignerait les complices emprisonnés de Robespierre.
166.
Vilate était pourtant un partisan de Robespierre et aurait dû être délivré par les complices de ce dernier.
167.
Les détenus de la Force y avaient été envoyés par le Tribunal révolutionnaire, donc par le parti de Robespierre. La chute de celui-ci leur donne l’espoir d’être libéré.
168.
Vilate souligne le fait qu’il est pauvre, qu’il est un homme du peuple républicain.
169.
Référence aux exécutions de masse qui ont eu lieu entre le 2 et le 5 septembre 1792.
170.
La Ligue catholique fut le nom donné pendant les guerres de religion à un parti catholique ayant pour projet la défense de la religion catholique contre le protestantisme. Il s’agit d’un conflit entre familles de nobles (incluant notamment la maison Bourbon et la maison de Lorraine).
171.
Charles IX a régné de 1560 à 1574. En montant sur le trône, il hérita d’un royaume en pleine division religieuse, opposant catholiques et protestants.
172.
Loi initiée par Robespierre, renforçant la Terreur en procédant à la réorganisation du Tribunal révolutionnaire. Elle prive les accusés du droit de défense et de recours.
173.
Vilate s’exprime comme s’il était devant un tribunal, essayant de prouver son innocence et d’attendrir l’audience.
174.
Voir plus haut, lorsque Vilate raconte sa rencontre avec Robespierre le jour de la fête de l’Être suprême.
175.
Ministre de l’empereur romain Tibère, qui conspira contre lui. Tibère le découvrit et déjoua ses desseins, le faisant condamner et exécuter.
176.
Jean-Baptiste Dossonville (1753 - 1833) est un policier français et agent provocateur, membre de la police politique du Comité de sûreté générale de l’an II.
177.
Térentius est accusé d’avoir été l’ami de Séjan ( i er siècle avant J.-C.), qui organisait un complot visant à renverser l’empereur Tibère : « Je défendrai à mes seuls périls tous ceux qui, comme moi, furent innocents de ses derniers complots […]. Vouloir deviner les secrètes pensées du prince et ses desseins cachés, est illicite, dangereux ; le succès d’ailleurs manquerait à nos recherches. Pères conscrits, ne considérez pas le dernier jour de Séjan ; pensez plutôt à seize ans de sa vie. […]. Que conclure de ces réflexions ? qu’elles donnent également l’innocence à tous les amis de Séjan ? non, sans doute ; il faut faire une juste distinction : que les complots contre la république et les attentats à la vie du prince soient punis ; mais qu’une amitié qui a fini, César, en même temps que la tienne, nous soit pardonnée comme à toi. » (Discours de Térentius lors du procès. Tacite, Annales , VI, II, trad. Burnouf, 1828.)
178.
Nom donné au gouvernement révolutionnaire de Paris suite à la prise de la Bastille, le 14 juin 1789. Devenue commune insurrectionnelle après le 10 août 1792, elle se fait la porte-parole des éléments révolutionnaires du mouvement parisien.
179.
Vilate dresse son autoportrait moral dont toutes les qualités suggèrent son innocence. Il n’a fait que ce qu’il avait été obligé de faire et qui prenait la forme d’un devoir.
180.
Vilate use d’une hyperbole : une calamité est une grave infortune personnelle, mais le fait qu’il utilise l’adjectif « publique » pour la qualifier est une manière pour l’auteur de rendre coupable son lecteur contemporain car il ne fait rien pour empêcher ce malheur qui atteint le peuple français. Vilate affirme être utile ; ainsi, le maintenir en prison ferait du tort à la société. Il se défend, comme c’est souvent le cas dans le texte, en invoquant l’intérêt général.
181.
Si Vilate en est arrivé là, ce n’est pas parce qu’il était un intrigant ou chanceux, mais parce qu’il était philanthrope et qu’il aimait son peuple.
182.
Expression utilisée fréquemment aux xvii e et xviii e  siècle pour désigner des personnes dépossédées de leur état, de leur qualité, de leur titre, notamment lors de la Révolution française. Ici, l’expression est utilisée devant « université de Bourges » pour dire que cette université n’existe plus. Il utilise également cette expression afin de dire qu’il est du côté des révolutionnaires.
183.
Blodeix s’écrit aujourd’hui Blaudeix. C’est un village qui se situe dans le département de la Creuse.
184.
L’auteur ne semble pas vouloir préciser que cet oncle était curé à Blaudeix. En effet, Vilate veille à passer sous silence la partie de sa vie liée à la religion et son intimité avec divers niveaux hiérarchiques de l’ordre religieux, certainement pour éviter de se mettre une partie du peuple à dos.
185.
Vilate va montrer son ascension sociale et professionnelle. Il a commencé sa vie professionnelle en enseignant à des orphelins. Cela montre aussi que dans sa famille sont implantées des valeurs d’entraide et de charité.
186.
Son frère est mort pour défendre la République et ses valeurs. Vilate, lui aussi, combat les ennemis de la République à sa façon. Nous retrouvons donc l’idée que la famille de Vilate est aux services des autres, en l’occurrence ici, du peuple français.
187.
Il donne encore une fois l’image d’une famille qui est au service des autres.
188.
C’est une école pour les pauvres. Vilate montre donc qu’il n’appartient pas à une élite sociale, à une aristocratie. C’est un intellectuel, mais avant tout, un homme du peuple.
189.
Une baïonnette est une arme typique de la Révolution. Vilate montre qu’au moment où certaines personnes ont cessé de se rendre utiles, il a pris des responsabilités.
190.
L’auteur ne précise pas que, durant son périple en Indre, il a été vicaire à Argenton. On peut supposer qu’il omet volontairement cette information de la même manière qu’il a tu l’activité de curé de son oncle.
191.
Il enseignait la rhétorique à une classe de l’enseignement secondaire. Vilate montre ici qu’on lui demandait chaque fois d’enseigner à des classes supérieures. Il témoigne de son ascension sociale.
192.
Ouvrage publié par Vilate le 6 septembre 1793 et imprimé sur ordre du Comité de salut public de la Convention nationale.
193.
Ouvrage écrit par Vilate qui n’a pas été conservé.
194.
Jean Bon Saint-André, né le 25 février 1749 et mort le 10 décembre 1813, était un pasteur et homme politique. Il était député à la Convention nationale en 1792. Le 10 juillet 1793 il rentra au Comité de salut public. Il fut aussi président de la Convention du 10 juillet au 27 juillet 1793.
195.
Vilate s’adresse aux députés de la Convention.
196.
Les générations futures jugeront l’action des conventionnels.
197.
Dans ce passage très rhétorique, l’anaphore « Ce n’est pas assez » présente la révolution comme un processus universel.
198.
Vilate désigne Robespierre et ses proches, exécutés le 10 thermidor.
199.
Le lundi 6 octobre 1794, date à laquelle Vilate achève son ouvrage. Arrêté depuis plus de deux mois, il lui reste environ sept mois à vivre avant d’être guillotiné.
200.
La Convention nationale a proclamé l’unité et l’indivisibilité de la République le 25 septembre 1792. Vilate se sert d’un terme officiel pour souligner son apartenance à la république. Ainsi, il veut prouver qu’il n’est pas un danger et que, donc, il peut être libéré de prison.

http://seebacher.lac.univ-paris-diderot.fr/bibliotheque/icono/couverture_vilate.jpg