Laura BROCCARDO

Type de membre : 
Doctorants
Titre de la thèse : 

Défaire l’histoire, refaire l'Histoire : l’écriture des possibles dans l’oeuvre de Germaine de Staël (1785-1818)

Année d'inscription : 
2013
École doctorale : 

« Langue, littérature, image » (ED 131, Université Paris Diderot)

Directeur de thèse : 
Florence Lotterie
Présentation : 
  •  Participation à deux congrès internationaux :
  • « Comment sortir de l’Empire ? Le groupe de Coppet face à la chute de Napoléon », organisé par l’Institut Benjamin Constant, Lausanne, octobre 2014
  • « Le Conflit », organisé par la SDN, Glasgow, novembre 2015
  •  Visiting Scholar à Duke University, Caroline du Nord, États-Unis, 2015-2016
  •  Organisation de la Journée d’études franco-américaine « Déplacer les frontières », Paris Diderot, 17 juin 2016
  • « Bourse Minou Amir-Aslani » de la Fondation Napoléon, décembre 2017
  •  Publications :
  • « Du Caractère de M. Necker et de sa vie privée de Madame de Staël ou comment récrire l’histoire avec des regrets », Écrire l’'histoire avec des « si », Rue d’Ulm, 2015, p. 29-38.
  • « Penser aux frontières du politique : le “cas” Zulma de Germaine de Staël », Dix-Huitième Siècle, n° 47, 2015, p. 409-428.
  • « “S’il fût né anglois” : Necker ou comment refaire l’histoire », Annales Benjamin Constant, n° 40, 2016, p. 125-141.
  • « La Terreur, angle mort de la fiction staëlienne », Cahiers staëliens, n° 66, 2016, p. 175-187.
  • « Indignez-vous ! Considérations staëliennes sur l’histoire », Cahiers staëliens, n° 67, 2017, p. 303-320.
  • En collaboration avec Blandine Poirier : « De quoi les “œuvres de jeunesse” de Germaine de Staël sont-elles le nom ? », Colloque « Juvenilia », Université Paris Diderot, 3-4 novembre 2016 (à paraître).